Un jeune apiculteur pensait arrêter son activité après que ses ruches ont été vandalisées : les internautes se mobilisent et récoltent des milliers d'euros pour l'aider

Par
3 783
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

À Saint-Josse, dans les Hauts-de-France, un jeune apiculteur de 23 ans a reçu une cagnotte de plus de 14 000 euros. Raison de cet élan de solidarité : dimanche dernier, une partie de ses ruches ont été vandalisées, certaines brûlées, d'autres renversées. Son histoire ayant été relayée sur les réseaux sociaux, une collecte a été lancée pour le soutenir !

Lokaj apiculture/ Facebook

Fabien Lokaj est un tout jeune apiculteur qui a quelque 250 ruches dans le Montreuillois, dans le Pas-de-Calais. Mais voilà : dimanche dernier, il a eu la terrible surprise de découvrir une partie de son rucher vandalisée : une quinzaine de ruches ont été incendiées, tandis qu'une cinquantaine ont été renversées, jetées au sol, ou endommagées.

Au total, des centaines de milliers d'abeilles sont mortes.

Acte de pure malveillance ? Jalousie à l'encontre de ce jeune homme, qui commençait à peine à démarrer dans le métier, et qui venait tout juste d'ouvrir son point de vente dans la commune de Saint-Josse ?

Quoi qu'il en soit, c'est un coup très dur pour Fabien Lokaj, qui voit une année entière de travail réduite à néant. « Les abeilles ne méritaient pas ça », déclare-t-il dans un post Facebook, où il publie les photos du saccage.

Des abeilles qui « importunaient » certains voisins...

L'été dernier, des riverains s'étaient plaint à la mairie à cause « des déjections que produisaient les insectes sur leurs voitures ». À force de pression, le jeune apiculteur devait déjà se résoudre déménager ses ruches en mars.

À l'heure actuelle, aucun moyen de savoir s'il existe ou non un lien entre la plainte de ces habitants et les actes de vandalisme sur les ruches... mais Fabien Lokaj compte bien porter plainte contre les auteurs de ces actes, en espérant que lumière soit faite.

Reste que le désastre compromet fortement la saison 2018 de récolte du jeune calaisien : ces essaims, que l'apiculteur avait patiemment élevés lui-même, devaient faire leur première production de miel au printemps. À cela s'ajoute un préjudice matériel estimé à plus de 10 000 euros... et c'est sans compter le préjudice moral, occasionné par la destruction de tant de travail et d'efforts !

Dégouté, Fabien Lokaj en était venu au point d'envisager sérieusement de cesser définitivement son activité naissante d'apiculteur...

Heureusement, Christophe Vielliard, un internaute suisse touché par la situation du jeune homme, a pris les devants... et a décidé de constituer une cagnotte sur le site leetchi. S'ensuit un formidable élan de solidarité, comme seuls les réseaux sociaux en ont le secret !

« J'ai reçu 5 000 commentaires, de France, de Belgique, d'Italie, d'Allemagne, d'Espagne, et même du Canada ! J'essaie de répondre à tout le monde, mais je n'y arrive plus » raconte Fabien Lokaj, ému par une telle vague de soutien.

Aujourd'hui, plus question pour lui d'arrêter d'élever des abeilles, au contraire : l'expérience l'a rendu encore plus solidement déterminé ! « Je me sens un peu obligé de continuer, à présent », dit-il à France Bleu.

Pour ceux qui habitent la région, vous pouvez soutenir Fabien en achetant son miel Lokaj apiculture, soit en venant le chercher directement chez lui à Saint-Josse, soit sur le marché de Montreuil-sur-mer le samedi matin. Pour les autres, la cagnotte leetchi est encore ouverte aux participations !

VIDEO : Avec le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, des femmes revendiquent leur droit à s'habiller comme elles le désirent
Commentaires