En Dordogne, une association végane s'érige contre la rue de la Saucisse dans un village

Par
5 182
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Les végans ne sont jamais à court d’idées quand il s’agit d’exprimer leurs revendications, quitte à entreprendre des démarches pour le moins surprenantes.

À Issigeac, un village médiéval de Dordogne, l’association végane Peta a demandé au maire de rebaptiser la rue de la Saucisse : « Au début, j’ai vraiment cru au gag, mais après vérification, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une démarche officielle (…) Ils sont fermement opposés à cette dénomination et ils nous conseillent même de la rebaptiser Rue Soy-cisse, en référence au soja en anglais. C’est n’importe quoi et il est hors de question que je le fasse » confie l’édile, Jean-Claude Castagner auprès de Franceinfo.

Cependant, du côté de Peta, une mise au point semblait nécessaire quant à leur démarche. Pour eux, il s’agissait surtout de faire parler de leur combat, la cause animale : « Qu’on soit clair, ce n’est pas un reproche que l’on fait au maire d’Issigeac. Ce n’est pas une demande à prendre au premier degré. C’est une manière plus ludique de médiatiser ce qui nous tient à cœur ».

Capture Google Street View

Ainsi, renommer la rue n’est pas une fin en soi, mais le fait qu’on en parle est déjà un grand succès pour eux : « On souhaite que les habitants du village réfléchissent à la cruauté que représente la fabrication d’une saucisse ».

Cependant, il semblerait que la rue de la Saucisse ne fasse pas référence à l’aliment, ni à l’animal, mais à une figure féminine du village, comme le confie Elma Laporte au Parisien, qui est la seule habitante de cette rue durant l’année : « Ces gens-là sont complètement hors sujet. La Saucisse n’a rien à voir avec du porc. C’est le surnom que les villageois donnaient à une des leurs au début du XXème siècle car elle était voûtée. Elle s’appelait Suzanne Tessier et les anciens racontent qu’elle adorait ce surnom, alors pourquoi cette démarche aujourd’hui ? ».

En effet, soudainement, la démarche de l’association végane semble alors à côté de la plaque. Ce n’est pas la première fois que Peta tente des actions dans des communes pour changer le nom des villes, comme à Lille où elle voulait rebaptiser la rue du Jambon en « rue des jambons ». Et ce ne sera sûrement pas la dernière fois puisque Peta assure que d’autres courriers partiront bientôt.

La période d'abstinence imposée aux homosexuels pour un don du sang a été réduite à 4 mois
Source : Franceinfo
Dordogne Peta
Commentaires