Il sauve la vie de son petit-fils après lui avoir fait un... câlin

Par
387
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Focus aujourd'hui sur une belle histoire, celle d'un grand-père qui a contribué à sauver la vie de son petit-fils à partir d'un... tendre câlin.

L’amour guérit les blessures et même les plus enfouies. Et ce n’est pas ce grand-père qui a sauvé la vie de son petit-fils en lui faisant un… câlin, qui viendra dire le contraire. Oui, vous avez bien lu ! Un câlin, une brève étreinte rassurante qui a permis à un enfant d’être soigné d’un mal invisible qui le rongeait.

Cette histoire aux allures de conte de Noël - presque trop belle pour être vraie - a été narrée sur France Inter par le médecin et écrivain Baptiste Beaulieu.

« J’entends le vent souffler dans le cerveau de mon petit-fils »

Dans sa chronique du 7 janvier, ce dernier raconte ainsi le témoignage d’une infirmière en pédiatrie qui - sans préciser le lieu ni la date des faits - affirme avoir pris en charge un enfant de 3 ans, accompagné de son grand-père, pour un motif ô combien « cocasse ».

Lorsqu’on lui demande les raisons de sa venue aux urgences, le grand-père répond en effet par une phrase énigmatique, et presque poétique : « J’entends le vent souffler dans le cerveau de mon petit-fils ». Mais qu’a-t-il bien pu vouloir dire ?

Pour bien comprendre, il faut se replonger dans cette fameuse journée que ce petit garçon de trois ans et demi a passée en compagnie de son grand-père adoré. La suite, c’est encore Baptiste Beaulieu qui en parle le mieux.

Soudainement en plein après-midi, ce petit garçon, d’ordinaire « très sage, pétillant et heureux dans la vie » est victime d’un « épisode d’absence ». « Pas longtemps, 30 secondes, mais on lui parlait et c’est comme s’il n’était plus là, comme si son esprit avait subitement déserté son corps », raconte ainsi le médecin.

« Une malformation artério-veineuse cérébrale »

« Tout à coup, quand il est revenu à lui, s’en est suivi une crise de larmes inconsolable. Ce n’est pas dans son habitude d’agir comme ça, ni de pleurer comme ça. Ce qui a un peu déboussolé son grand-père. Alors il le prend sur ses genoux, le sert fort dans ses bras et pose sa tête contre la sienne, longtemps, tendrement, jusqu’à ce que le petit finisse par s’apaiser. L’oreille collée contre la tête de son petit-fils, dans le silence qui suit la tempête, papy entend un murmure, un minuscule souffle sous le crâne, comme une brise. », poursuit-il.

Conscient qu’il se passe quelque chose d’anormal, l’homme décide alors de se rendre aux urgences. Il ne le sait pas encore mais il vient tout bonnement de sauver la vie de son petit-fils. En l’examinant, les médecins vont en effet découvrir que l’enfant souffre d’une « malformation artério-veineuse cérébrale, qui s’était manifestée très discrètement ».

Il sauve la vie de son petit fils après lui avoir fait un… câlin. Crédit photo : Lizardfilms / Shutterstock

Opéré avec succès dès le lendemain, il est aujourd’hui guéri et sorti d’affaire. Un véritable miracle ! « La preuve que l’amour d’un grand-père peut sauver une vie », pour reprendre les mots de l’infirmière.

Une belle histoire qui rappelle à quel point l’amour sous toutes ses formes sauve parfois les êtres qui nous sont chers.

Commentaires