Suite au confinement, le nombre de déchets plastiques a été multiplié par 2 en Thaïlande

4 143partages

Alors que certains pays ont tiré des bénéfices du confinement et ont vu leur pollution chuter, ce n'est pas le cas de la Thaïlande, dont les déchets plastiques ont doublé pendant le confinement.

Crédit photo : Lillian Suwanrumpha / AFP

Dans de nombreux pays du monde, les eaux des rivières se sont éclaircies grâce à la baisse de pollution liée à l'arrêt de l'activité humaine pendant le confinement. En Thaïlande, les eaux se sont quant à elles remplies de déchets plastiques, qui ont doublé de volume en seulement quelques mois.

La Thaïlande est le sixième plus gros pollueur du monde

En Thaïlande, un habitant utilise en moyenne 8 sacs plastiques par jour.

Ce pays est le sixième plus gros pollueur au monde, avec la Chine, l'Indonésie, les Philippines et le Vietnam. Ensemble, ils rejettent 4 millions de tonnes de plastique par an, ce qui représente 80% des déchets dans la mer. Entre janvier et mars, ce taux de pollution a doublé.

« Les déchets plastiques ont quasiment doublé dans les zones urbaines. En avril, sur un an, ils ont bondi de 62% rien qu'à Bangkok. La situation est préoccupante », affirme Wijarn Simachaya, président de l'institut thaïlandais de l'environnement.

Crédit photo : Lillian Suwanrumpha / AFP

Dans cette ville, les canaux débordent d'emballages, ce qui empêche la circulation des bateaux. Pour tenter d'y remédier, un bateau de la mairie enlève les déchets pour éviter qu'ils ne bouchent les égouts de la capitale.

La principale cause de toute cette pollution est la livraison de repas à domicile, qui est un phénomène très courant en temps normal. Il a été accentué pendant le confinement, alors que les habitants ne pouvaient pas se déplacer.

Crédit photo : @afpfr

Si le pays a interdit l'usage de sacs plastiques en 2020, et souhaite ne plus utiliser de pailles et de gobelets d'ici 2022, le confinement semble avoir totalement balayé ces règles.

Un grand danger pour la faune sous-marine

Les déchets retrouvés dans la nature pendant le confinement ne pourront pas être recyclés et finiront dans les rivières et les océans.

Cette pollution met en danger la vie des animaux sous-marin comme les baleines, les tortues et les dauphins, dont de nombreux sont morts ces derniers mois car ils avaient avalé trop de plastique.

Source : Easy Voyage
Plus d'articles