Essonne : la famille de squatteurs qui occupait une maison est partie d'elle-même, non sans avoir été agressée

6 881partages
Bouton whatsapp

La famille de squatteurs qui occupait une maison de l’Essonne a quitté les lieux précipitamment.

L’affaire avait fait grand bruit !

Ces derniers jours, les médias se sont fait l’écho d’une histoire, sur fond d’occupation illégale de logement, qui a suscité beaucoup de réactions, au point de remonter jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Cette histoire, c’est celle d’Élodie et Laurent, un couple originaire du Val-de-Marne, qui ne pouvaient toujours pas habiter dans la maison qu’ils venaient d’acheter dans l’Essonne, car celle-ci était squattée illégalement par une famille.

Mais alors que la situation semblait s’enliser, un coup de théâtre a eu lieu la nuit dernière avec la fuite de cette famille de squatteurs qui a quitté les lieux précipitamment vers minuit, non sans avoir été agressée.

Crédit photo : capture d'écran Twitter

Les squatteurs, qui occupaient une maison de l’Essonne, ont quitté le logement

Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants, il faut remonter plus de 3 semaines en arrière, le 19 mai dernier.

Ce jour-là, Élodie et Laurent font l’acquisition d’un pavillon, situé dans la commune d’Ollainville (Essonne). Lorsqu’ils signent chez le notaire, les deux acheteurs savent pourtant que le logement est occupé par une famille mais ils comptent alors sur la loi pour faire expulser cette dernière.

En attendant de pouvoir emménager dans sa nouvelle maison, le couple se rend quotidiennement sur les lieux pour tenter de raisonner les squatteurs, en vain.

Cette famille avec deux enfants prétend en effet avoir acheté ce bien pour 120 000 euros en liquide et affirme détenir un document le prouvant.

Lassés et inquiets à l’idée de ne jamais pouvoir récupérer leur logement, les nouveaux propriétaires vont alors médiatiser l’affaire pour tenter de faire accélérer les choses. Le couple apparaît ainsi dans plusieurs reportages et notamment sur BFM TV, où Laurent, ému, déclare être « dégoûté » car cette maison était son « rêve » et qu’il ne peut « pas vivre dedans ».

L’affaire parvient jusqu’aux oreilles du ministre de l‘Intérieur Gérald Darmanin, qui, le 9 juin (hier), dénonce une « situation inacceptable », affirmant qu’il va engager, avec la ministre de la Cohésion des territoires Amélie de Montchalin, « la procédure de l’article 38 de la loi DALO pour une évacuation rapide des occupants illégaux ».

La menace semble avoir porté ses fruits puisque la famille de squatteurs a quitté précipitamment le logement dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un départ qui ne s’est toutefois pas fait sans heurts puisque les squatteurs affirment avoir été agressés par des individus masqués, lesquels auraient fait usage de gaz lacrymogène, comme le révèlent nos confrères du Parisien. On ignore toutefois si cette agression présumée est liée à cette fuite.

Une plainte a été déposée.

Source : Le Parisien et agences
Bouton whatsapp