Une étude affirme que vous pouvez vivre plus longtemps si vous lisez beaucoup de livres

Par
2 009
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Des chercheurs de l’université de Yale (États-Unis) ont réalisé une étude sur une douzaine d’années, concluant que les amateurs de livre jouissent d’une espérance de vie plus longue.


Il existe de nombreuses techniques pour rester sain de corps et d’esprit afin d’aspirer à une longue vie. Quand on voit que le fait de râler et se plaindre augmenterait l’espérance de vie, on se demande s’il n’y a pas une manière plus positive d’y arriver. Eh bien figurez-vous que si !

acticity.com


Une étude publiée dans la revue « Social Science and Medicine » affirme que la lecture (la vraie, celle des livres), permettrait de rallonger l’espérance de vie. Menée par une équipe de scientifiques de l’université de Yale, cette étude s’est effectuée sur une douzaine d’années et a impliqué 3 635 personnes.


Cet échantillon très large a été séparé en trois groupes : ceux qui ne lisent pas du tout, ceux qui lisent 3,5 heures ou moins par semaine, et ceux qui lisent plus de 3,5 heures par semaine. Ils ont alors remarqué que la lecture engendrait une amélioration des performances cognitives, quel que soit l’âge, le genre, l’éducation, la santé, le statut marital et professionnel de la personne.

hyser.com.ua


Plus précisément, ceux qui lisent des livres plus de 3,5 heures par semaine voient leur espérance de vie se rallonger de deux ans selon les résultats de l’étude. Ceux faisant partie du second groupe avaient 17% de chances en moins de mourir dans la période du suivi de l’étude, que ceux qui ne lisent pas du tout. Les chercheurs précisent que cela s’applique bien aux livres, et pas aux journaux, ni aux magazines.


« Lire des livres a tendance à impliquer deux processus cognitifs qui pourraient créer une capacité favorable à la survie. Premièrement, il promeut la « lecture profonde », un processus immersif qui encourage les lecteurs à former des connexions à d’autres parties matériels et au monde autour d’eux. Deuxièmement, les livres peuvent engendrer l’empathie, la perception sociale et l’intelligence émotionnelle, qui sont des processus cognitifs pouvant mener à une plus grande survie » expliquent les chercheurs.

rebrn.com


Ainsi, dans une époque où la consommation rapide est à son apogée, les livres auront donc encore de beaux jours devant eux s’ils permettent à ses lecteurs d’avoir une vie plus longue, à raison de 3h30 de lecture par semaine minimum.

Les guépards pourraient disparaître en raison du braconnage et des trafics 
Source : IFL Sciences
Commentaires