Soutenu par de nombreuses personnalités, le parti animaliste obtient un score inattendu aux élections européennes

Par
1 550
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Au lendemain des élections européennes, coup de projecteur sur le parti animaliste qui a obtenu un score inattendu !

Difficile aujourd’hui d’échapper aux résultats des élections européennes, dont le scrutin, qui s’est déroulé ce dimanche, a débouché sur la victoire annoncée de la liste RN (23,31 %), conduite par le novice et protégé de Marine Le Pen, Jordan Bardella, qui a devancé celle de la majorité présidentielle (22,41 %).

Si les scores obtenus sont assez conformes aux sondages et autres projections auxquels on a eu droit ces dernières semaines, quelques surprises sont tout de même à relever, à commencer par la liste du parti animaliste menée par Hélène Thouy qui, en obtenant 2,2 % des voix, réussit l’exploit de faire quasiment jeu égal avec le PCF (2,5 %).

Fondée en 2016, cette formation politique - qui n’a bénéficié d’aucune véritable couverture, ne participant à aucun débat télévisé entre les candidats - a ainsi tiré son épingle du jeu en doublant le score qu’elle avait obtenu lors des législatives de 2017 (1,1 %).

De toutes les « petites » listes engagées dans le scrutin, c’est de loin celle qui a réalisé le meilleur score, se permettant même le luxe de faire mieux que les listes de François Asselineau (Union Populaire Républicaine) et de Dominique Bourg (Urgence écologie), toutes deux créditées de 1,8 % des voix.

Une performance électorale d’autant plus remarquable que des irrégularités en sa défaveur auraient été constatés dans certains bureaux de vote, accusés de ne pas avoir distribué de bulletins aux couleurs du parti. Petit bémol toutefois, aussi encourageant soit-il, son score ne lui permettra par d’obtenir de députés au parlement de Strasbourg et encore moins de se voir rembourser sa campagne électorale. Mais l’essentiel est ailleurs !

« De plus en plus de personnes en ont assez de l’inaction des pouvoirs publics, voire de leur cynisme sur la cause animale »

Cette « percée » inattendue est à mettre au crédit de la tête de liste désignée, Hélène Thouy. Avocate au barreau de Bordeaux, cette dernière - qui s’est notamment fait connaître en défendant l’association L214, célèbre pour ses vidéos dénonçant la maltraitance animale - a mené une campagne atypique et monothématique, basée sur la question du droit des animaux.

Dans son programme, le Parti animaliste proposait ainsi près de 150 mesures destinées notamment à lutter efficacement contre la souffrance animale dans les élevages. L’abolition de la corrida et de la chasse étaient également préconisées tout comme l’interdiction d’utiliser des animaux sauvages dans les cirques.

Très active sur le terrain, la formation peut également compter sur un militantisme efficace sur les réseaux sociaux, où ses actions et ses idées sont très largement relayées. L’objectif étant de ramener la condition animale au coeur des débats et notamment à Bruxelles, où tout se joue !

« Nous allons nous inscrire dans la durée. De plus en plus de personnes en ont assez de l’inaction des pouvoirs publics, voire de leur cynisme sur la cause animale. Nous souhaitons que l’ensemble de la classe politique s’empare de cette cause. », a ainsi déclaré Isabelle Dudouet-Bercegeay, vice-présidente du parti et numéro 3 de la liste.

Notons que de nombreuses personnalités, telles que Brigitte Bardot, Claude Lelouch, Laurent Baffie, Laura Smet, Virginie Lemoine ou encore Anny Duperey avaient apporté leur soutien au parti en amont du scrutin.

Netflix annonce une série sur les samouraïs et la décrit comme étant un « Game of Thrones dans la vie réelle »
Source : Le Monde
Souffrance animale
Commentaires