Face à la progression « exponentielle » du Covid-19, Jean Castex agite la menace d'un reconfinement

2 779partages

Sa prise de parole était attendue ! Le chef du gouvernement s’est exprimé hier soir lors d'une émission diffusée sur le service public. Découvrez les détails de son intervention.

Après les annonces faites la veille par son ministre de la Santé Olivier Véran, c’était au tour du Premier ministre de prendre la parole face caméra jeudi soir afin de détailler la stratégie du gouvernement, alors que le pays connaît actuellement une progression « exponentielle » du Covid-19

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Jean Castex n’y est pas allé par quatre chemins !

Vers un reconfinement ?

Invité de l’émission « Vous avez la parole » sur France 2, ce dernier a en effet agité la menace d’un reconfinement si la situation sanitaire venait à s’aggraver de manière significative.

« L’opinion doit être très attentive et prudente. Si nous n’agissons pas, on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle du printemps (…) ça pourrait pouvoir dire reconfinement et il faut l’éviter », a ainsi déclaré le chef du gouvernement.

La situation est « très préoccupante dans toute la France » mais « surtout grave dans les grandes agglomérations », a-t-il par ailleurs précisé.

« On ne joue pas avec une épidémie »

Le pensionnaire de Matignon en a profité pour évoquer le cas de Marseille, où les nouvelles restrictions sanitaires ne passent pas et suscitent la fronde des restaurateurs - dont certains ont d’ores et déjà annoncé leur refus de fermer leurs portes - et des élus locaux.

Selon lui c’est « une course contre la montre » que les autorités mènent dans la cité phocéenne. Et c’est la raison pour laquelle « nous avons décidé de prendre des mesures plus fortes », a ainsi assuré Jean Castex qui participait là à son premier grand oral télévisé depuis sa nomination, au mois de juillet.

Il a également annoncé 3 mesures de soutien au secteur de la restauration : le maintien du chômage partiel, l'exonération de charges sociales durant toute la fermeture des établissements et une augmentation de l’aide du Fonds de solidarité qui passera de 1 500€ à 10 000€ par mois.

« On ne joue pas avec une épidémie », a par ailleurs ajouté l’intéressé qui en appelle à « la responsabilité nécessairement collective » des Français pour lutter efficacement contre la propagation du virus.

Assumant pleinement la politique du gouvernement, Jean Castex - qui a curieusement confessé ne pas avoir téléchargé l'application StopCovid - a tenu à rappeler que le but était avant tout d’« éviter la saturation de nos établissements hospitaliers » et notamment des services de réanimation.

Pour rappel, selon le dernier bilan de Santé publique France, 16 096 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en 24 heures ce jeudi (soit le niveau le plus haut enregistré depuis le lancement des tests à grande échelle), auxquels s’ajoutent 52 morts pour un total de 31 511 décès depuis le mois de mars.

Plus d'articles