Il était hors de question pour ce chien de laisser son petit maître seul à l'hôpital... Cette histoire va vous émouvoir

Par
5 970
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

James Isaac est un petit garçon autiste de 9 ans qui vit à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

Du fait de son trouble autistique, il ne parle pas, n’est pas très à l’aise en milieu social et n’aime pas trop le contact physique avec les autres personnes. Heureusement il y a Mahe, son « chien d’assistance », dressé par l’organisme Assistance Dogs New Zealand Trust !

Louise Goossens / The Dodo

Le rapport avec cet animal est utile pour tenter d’améliorer certaines des difficultés relationnelles de l’enfant, notamment en exploitant des aspects émotionnels stables de la relation humain-chien. Les mouvements et les « réponses » simples du chien, facilement compréhensibles, sont de nature à faciliter l’engagement de l’enfant dans une action sociale simple, qui ne nécessite pas d’interprétation d’indices verbaux (le mode communication dominant chez l’homme, ndlr).
A fortiori, l’intégration de chien d’assistance comme Mahe produit une réduction de l’anxiété, une augmentation du calme et une réduction du nombre des crises de colère.
James Isaac connaît cela depuis qu’il partage cette relation privilégiée avec son chien.

Il a même été autorisé à Mahe d’accompagner le petit garçon jusque dans son lit d’hôpital à chaque passage d’IRM ou autres analyses utiles à sa bonne santé.
Louise Goossens / The Dodo

Il est comme un ange gardien pour James où qu’il aille, et surtout quoi qu’on lui fasse subir. Il y a comme un lien qui s’est créé entre eux. Rien que sur ces très belles photos, on peut presque percevoir cette attention, à la limite de l’inquiétude, pour le chien.
Louise Goossens / The Dodo

Après deux ans et demi côte à côte, la maman de James témoigne : « Mahe a été aussi important pour James dans les moments difficiles et stressants que dans ceux de joie, de découverte et de jeu. Il a vraiment changé quelque chose dans la manière d’être de James, et ce au cours de toutes les sorties diverses et variées que nous pouvons faire tous ensemble. »
Louise Goossens / The Dodo

Le « petit plus » de la présence de Mahe. Il empêche James de prendre des risques inconsidérés dans certaines situations, ou même s’il décide de « partir se balader » sans prévenir ses parents (bien sûr sans avoir conscience). Déjà parce qu’ils sont souvent harnachés l’un à l’autre via deux baudriers et une sangle, mais aussi par sa masse corporelle et son pressentiment des dangers qui peuvent se présenter.
Louise Goossens / The Dodo

Pour en savoir plus sur l’histoire de James Isaac, retrouvez-le sur la page Facebook que tient sa maman !
Louise Goossens / The Dodo
Louise Goossens / The Dodo
Louise Goossens / The Dodo

Une histoire attendrissante, vous ne trouvez pas ?
Source : The Dodo
Commentaires