Ce Français invente le skateboard volant que le monde entier attend... mais se retrouve interdit de l'utiliser et le vendre, par les autorités ! Dégoûté, il doit quitter la France

Par
6 930
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Après avoir épaté la galerie en présentant son invention, le Flyboard Air, Franky Zapata est vite redescendu sur Terre après avoir été convoqué... par les autorités françaises.


Le Flyboard Air est une sorte de skateboard volant avec des réacteurs à propulsion. Son créateur, un Français répondant au nom de Franky Zapata, avait de bons espoirs que son engin allait réjouir tous les amateurs de haute-technologie.


Cependant, il semblerait que les autorités ne souhaitent pas revoir un Flyboard Air s’envoler dans les airs du territoire français. Sur Facebook, l’inventeur a poussé un vrai coup de gueule concernant le traitement qu’il a subi, convoqué par la gendarmerie de l’air. En effet, les autorités lui ont interdit d’utiliser à nouveau son engin sous peine d’être mis en examen et de prendre une peine de prison…


Quelques jours après avoir déclaré son dégoût pour la France, malgré l’amour qu’il porte à son pays, sur les réseaux sociaux, Franky Zapata a pu compter sur les nombreux soutiens des internautes, mais aussi des médias.


« Je vous laisse imaginer ce que je ressens après avoir fabriqué « made in France » plus de 10 000 Flyboards. Depuis plusieurs jours, je suis en contact avec les autorités compétentes, mais personne ne veut se mouiller. Aujourd’hui, aux dernières nouvelles, ils me mettraient peut-être « dans une cage » dans une zone semi-militaire, où personne ne pourrait venir me voir ou me filmer. Vous imaginez bien que je n’ai pas créé cette machine pour voler dans une cage. Bref, on disparaitrait partiellement » explique-t-il avec dépit.


Forcément, face à l’interdiction qu’il subit en France, Franky Zapata ne songe qu’à une solution de secours : l’exil : « J’ai juste la nausée de voir ce potentiel perdu mon pays. Je vais être obligé, avec le plus grand des regrets, de quitter la France ».


Ce serait un triste message envoyé aux inventeurs français, et une preuve encore que la France a dû mal à encourager les superbes initiatives personnelles qui concernent son propre avenir.

Une pétition de soutien à Coco, un coq jugé trop bruyant par la justice, recueille 85 000 signatures
Commentaires