Découvrez Frances Goldin, la militante qui participe à toutes les Gay Pride depuis plus de 30 ans... avec la même pancarte !

Par
323
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Cette image de journal montrant une femme avec une pancarte sur laquelle il est écrit « J’adore mes filles lesbiennes. Protégeons-les » fait le tour d’Internet depuis un petit moment. Peut-être l’avez-vous d’ailleurs déjà vue.

@GinaKayien

Plusieurs clichés de cette même femme, souvent habillée de violet et affichant le même panneau, ont été repostés sur Tumblr à plusieurs reprises. Ces derniers apparaissent régulièrement sur Twitter.

@AndrewBurton
@lesbians

Beaucoup de ceux qui partagent et diffusent la photo de gauche l’ont datée comment ayant été prise en 1994. Mais la plupart d’entre eux ne parlent pas du nom de la mystérieuse femme qui porte l’enseigne, ni de son histoire.

La voici en 2015, deux jours seulement après la décision de la Cour Suprême Américaine de rendre légal le mariage homosexuel. Toujours avec le même message, mais désormais bien plus inspirant et réaliste.
@YanaPaskova

2016 ne déroge pas à la règle : la femme apparaît encore avec sa pancarte fétiche, lors de la parade de cette année.
@thedustyrebel

S’il n’y a pas vraiment de surprise à voir les gens s’enthousiasmer devant une telle personne et face à un message si positif et tolérant, qu’en est-il réellement de l’histoire derrière la célèbre phrase mise en avant chaque année depuis plus de 20 ans ?

@NinaGodlewski

Une rapide recherche Google nous emmène à un article du Washington Post datant de 1997. À l’époque, le quotidien traite de la parade de New York et mentionne le prénom de la dame : « ‘J’adore mes filles lesbiennes, protégeons-les’ dit cette pancarte tenue par Frances Goldin, âgée de 73 ans, qui souhaite dénoncer la discrimination de la société envers les gays et les lesbiennes. Elle a ajouté que ses deux filles participaient à des marches similaires à Portland et San Francisco, avant d’ajouter que de nombreuses personnes l’avaient approché en lui disant : ‘Je peux vous avoir comme maman ?’ »

On découvre ainsi que cette femme, Frances Goldin, participe à la Gay Pride de New York depuis plus de 30 ans, et cela avec la même pancarte. Ses filles, Reeni et Sally Goldin (photographiées ci-dessous), résident actuellement à New York et San Francisco.
@SallyGoldin

Sally, 70 ans, et Reeni, 68 ans, ont toutes les deux grandi dans le quartier new-yorkais de Manhattan, le Lower East Side, en compagnie de leurs parents. Elles ont d’ailleurs profité de la première parade de 1970 pour réaliser leur coming-out.

Aucune des deux filles ne se souvient clairement de la date à laquelle leur mère a commencé à assister à la marche. Mais l’intéressée, aujourd’hui âgée de 92 ans, a confié à nos confrères de BuzzFeed USA avoir participé à toutes les éditions.
@SallyGoldin

« Depuis le début, j’y vais et je brandis mon enseigne » a-t-elle raconté. « J’ai l’impression que ça donne de l’énergie aux gens de la lire, particulièrement ceux rejetés par leurs parents.» Leur réponse à la pancarte et à son message est toujours superbe. Forcément, ça me pousse à continuer. Et Reeni d’ajouter : « Elle croit en l’égalité et la justice pour tous. Elle est incroyablement sincère et a fait de sa vie un combat. »

Le fameux panneau a été fabriqué un urbaniste, un très bon ami de Frances Goldin. Elle faisait partie de ceux qui pensaient qu’on ne pouvait pas se rendre à la parade sans pancarte. Le message « J’adore mes filles lesbiennes » a instantanément capté l’attention du public et a beaucoup plu, alors il est resté.
@SallyGoldin

À l’origine, le panneau ne comportait pas le slogan « Protégeons-les » Ce dernier a été ajouté en 1993, lorsque l’illustre militante s’est rendue à la marche LGBT de Washington. Elle a décidé qu’un affichage tel que le sien devait faire apparaître une demande concrète. Dans le même temps, les inscriptions suivantes ont été écrites de l’autre côté de la pancarte : « Les différences nous enrichissent. Un fier parent de lesbiennes. »

D’après les filles Goldin, lors des parades, de nombreux jeunes vont à la rencontre leur mère, qui au fil des années, est devenue un véritable symbole. Certains lui demandent même d’appeler ou d’écrire des lettres à leurs parents homophobes qui font de leur vie un enfer afin de les raisonner. Et souvent, elle le fait !
@SallyGoldin

« Je pense que j’en ai déjà fait changer d’avis quelques-uns et j’en suis très fière. Tout le monde devrait supporter et soutenir ses enfants gays et lesbiens, ceux qui ne le font pas ratent une des plus belles choses de la vie » raconte Frances.

En plus d’assister à la parade new-yorkaise chaque année depuis plus de 30 ans (elle n’en a raté qu’une pour cause d’hospitalisation suite à une attaque cardiaque, ndlr), elle a également pris l’habitude de toujours s’installer au même emplacement : le croisement nord entre la 18ème et la 5ème avenue.
@SallyGoldin

Mais l’engagement de Frances Goldin ne s’arrête pas à ses apparitions remarquées lors des parades. En effet, dès 1977, elle a fondé la Frances Goldin Literary Agency, une sorte de bibliothèque qui aide les auteurs à se faire connaître et à vendre leurs ouvrages.

Malgré son âge, Frances ne dit jamais non pour soutenir une noble cause. En 2011, à 87 ans, elle a par exemple participé à la manifestation « Occupy Wall Street », un mouvement destiné à lutter contre les inégalités sociales et économiques dans le monde.

Concernant la célèbre pancarte qui l’a fait connaître, elle « espère pouvoir la porter jusqu’à ne plus en pouvoir ».
@AndrewBurton
@AndrewBurton

Que dire de cette immense dame, qui a fait de la lutte contre l’injustice l’une des principales missions de sa vie. Un seul mot : RESPECT !
VIDEO : La version étendue d'Avengers : Endgame va sortir en France
Source : BuzzFeed
Commentaires