Une femme demande un jour de congé maladie pour « sa santé mentale » et reçoit une réponse puissante de la part de son patron

1 088partages

La santé mentale est-elle aussi importante que la santé physique ? Certains jugent que non, apparemment, et qu'elle ne nécessite pas de prendre un jour de repos à son travail afin de faire le point. Pourtant, ne pas se rendre à son travail à cause d'un problème de santé mentale est parfois plus que nécessaire, et se trouve à des années-lumière de ce que certains qualifient de « vacances », le plus souvent en totale méconnaissance de cause.

Certes, on se dit tous qu'on aurait bien besoin de prendre cette journée afin de se ressourcer, se déconnecter du stress ou prendre le temps de faire face à des problèmes d'ordre émotionnel. On sait que cela nous permettrait de retourner au travail en pleine forme, et que si on ne le fait pas, les choses ne feront que s'accumuler et se dégrader jusqu'à ce qu'elles ne soient vraiment plus supportables. Pourtant,  de nombreuses personnes n'ont pas le courage de demander une journée de congé maladie pour cela — et encore moins de dire explicitement à ses collègues ou à son patron les raisons qui ont causé cette absence.

Pourtant,  c'est exactement ce que Madalyn Parker, une développeuse web originaire des États-Unis, a fait. Au lieu de mentir, ou bien de prendre des « vacances», elle est restée parfaitement honnête et a posément expliqué qu'elle avait besoin d'un congé maladie car elle devait «se concentrer sur sa santé mentale ». 

Eh bien, le PDG de l'entreprise lui-même lui a répondu personnellement... afin de la féliciter d'avoir eu le cran de dire cela. En effet, selon lui et particulièrement dans le monde de l'entreprise, la santé mentale n'est pas assez prise en compte.

Madalyn a tweeté l'échange... et a vivement fait réagir sur les réseaux sociaux :



" Bonjour à toute l'équipe,

Je vais devoir prendre ma journée d'aujourd'hui et de demain, afin de me concentrer sur ma santé mentale. J'espère pouvoir revenir la semaine prochaine, pleine d'énergie et à nouveau à 100% de mes capacités.

Merci,
Madalyn "

Et voilà la réponse du PDG en personne, Ben Congleton :

" Bonjour Madalyn,

Je voulais simplement vous remercier personnellement d'envoyer ce genre d'e-mails. À chaque fois que vous le faites, je m'en sers comme un rappel de l'importance d'utiliser des congés maladie pour la santé mentale — c'est absurde, à mon sens, que ce ne soit pas une pratique standard dans l'organisation de toutes les entreprises. Vous êtes un exemple pour nous tous, et vous aidez à dépasser les stigmatisations, afin que chacun puisse apporter la meilleure version de lui-même au travail. "

L'échange, publié par la jeune femme, a  déjà été partagé plusieurs milliers de fois par les internautes. Le patron, d'abord surpris en découvrant l'intérêt soudain suscité par son mail sur les réseaux sociaux, a ensuite décidé de faire le point et d'expliquer plus en détail sa position sur la plateforme Médium

«Je ne m'attendais pas à ce qu'un simple message soit soudainement partagé par tant de gens, mais je suis très heureux que nous ayons pu avoir un impact positif sur autant de personnes », commence l'article, publié le 6 juillet et intitulé « Nous sommes en 2017, et la santé mentale pose encore problème sur les lieux de travail ». Ben Congleton raconte ensuite comment il a reçu des centaines de messages, certains le félicitant chaudement pour son attitude, d'autres lui posant diverses questions. Il a également reçu de nombreux témoignages de personnes ayant vécu des expériences similaires, ou d'autres qui, au contraire, auraient aimé avoir un patron qui s'importe autant de leur santé. 

Quoi qu'il en soit, l'homme défend sa position comme étant logique et normale, ajoutant : « Nous sommes en 2017. J'ai du mal à comprendre que le fait de parler de santé mentale au travail soit encore sujet à controverse, sachant qu'un américain sur six est sous médicaments à cause de cela. »

Et de citer un article du journal spécialisé «Scientific American » qui fait état de ces chiffres plutôt inquiétants concernant la consommation nationale de médicaments psychotropes, tels que les antidépresseurs ou les anxiolytiques. 

Les tâches qui doivent être effectuées dans le cadre de la plupart des emplois nécessitent, selon le PDG, d'être accomplies « dans des conditions mentales optimales » pour être réalisées correctement. Autrement dit, demander à quelqu'un de travailler, de réfléchir, d'être concentré alors qu'il est complètement brisé intérieurement revient à demander à quelqu'un de planter un clou avec le bras cassé : cela résulte en des souffrances inutiles pour l'employé, et à une efficacité très réduite au niveau des résultats du travail accompli.

Mais alors, pourquoi ne traite-t-on toujours pas aujourd'hui, et dans de nombreux endroits, la santé mentale comme on le fait avec la santé physique ? Vous imaginez ce qui se passerait si les gens traitaient les maladies physiques de la même manière qu'ils traitent les troubles mentaux ?

Robot hugs / image traduite par Demotivateur

Félicitations en tout cas !

En vidéo : Adrin The Barber, le barbier qui a la solution contre la calvitie
Dernières news