Dans cette boulangerie, le patron se bat pour réintégrer son employé handicapé

5 929partages

Dans le département du Loir-et-Cher, le patron d’une boulangerie a entrepris des travaux dans son fournil afin d’accueillir son employé, amputé d’une jambe. 

Qui ne rêverait pas d’avoir un patron comme David Herbault ? Cet artisan boulanger-pâtissier se bat pour que son employé handicapé puisse réintégrer sa boulangerie, située à la Chapelle Vendômoise.

« C'est mon bras-droit. Il est compétent, agréable et motivé. Il n'est pas question que je me passe de lui à la boulangerie ». David Herbault ne tarit pas d’éloges à l’égard d’Alexis Rousseau, son employé depuis deux ans. Une amitié hors du commun lie les deux hommes et qui s’est renforcée depuis qu’Alexis s’est retrouvé dans une situation de handicap.

Crédit: Marine Rondonnier-France Télévisons

Le jeune homme, âgé de 22 ans, a été victime d’un grave accident de moto, en mars dernier. Suite à ce terrible choc, Alexis Rousseau a été amputé de la jambe gauche. Selon ses médecins, il était possible qu’il ne puisse plus remarcher. Mais avec une volonté incroyable, le boulanger a réussi à se déplacer avec l’aide d’une prothèse. Aujourd’hui, il n’a qu’une idée en tête : reprendre le travail. « Je ne me voyais pas rester à la maison sans rien faire. Il fallait que je revienne à la boulangerie. », s'est confié le jeune homme à nos confrères de France Info.

Son ancien maître d’apprentissage et patron se bat pour que le jeune homme puisse revenir et il ne lésine pas sur les démarches à entreprendre. En effet, David Herbault réalise des travaux au sein de son fournil pour Alexis.

Même si le jeune homme remarche, il ne peut pas rester debout toute la journée. Fort heureusement, le patron n’est pas seul dans son entreprise. Il est aidé par d’autres artisans du village tels que des carreleurs, des charpentiers et des électriciens : « C’est impressionnant comment tout le monde s'est investi dans cette histoire. Soit ils viennent bénévolement, soit ils ne me font payer que les matériaux. », remercie le boulanger. Un élan de solidarité qui émeut Alexis et qui accroît encore plus sa determination de revenir travailler. 

Afin d’accueillir Alexis dans les meilleures conditions possibles, David Herbault a acheté un four doté d’un élévateur intégré pour que son employé puisse l’utiliser en fauteuil. Il prévoit également d’acquérir le Panéotrad. Il s’agit d’une machine qui divise et façonne le pain avant la cuisson : « Cette machine nous permet de supprimer 5 étapes de manipulation de baguettes. On est sur des bacs avec 10 baguettes au lieu de 20. C'est moins lourd et il y a moins de manipulation qu'avant. L'idée est de limiter au maximum les tâches qui seraient pénibles pour Alexis, explique le boulanger à France Info.

Crédit: Marine Rondonnier-France Télévisons

Tous ces investissements coûtent 185 000 euros. Pour le moment, le boulanger a pu en emprunter la moitié à la banque. Il attend également de savoir s’il bénéficiera des aides publiques pour emprunter le reste : « On a fait des demandes mais c'est très long et on ne peut pas attendre que les dossiers soient traités pour commencer les travaux. Il faut que tout soit prêt pour le retour d'Alexis.»

Les parents d’Alexis participent également a trouver des fonds : Ils ont lancé une cagnotte Leetchi, qui a permis de récolter 9800 euros. Ils organisent également des concerts et des spectacles, prévus, dans les mois prochains.

Ils se sont confiés à France Télévision et expriment leur colère au président de la République : « Quand j'entends le président Macron dire que le gouvernement fait tout pour que les personnes en situation de handicap retrouvent un emploi, j'attends de voir. Pour le moment tout ce que nous proposent la MDPH ou CAP EMPLOI c'est de verser 900 euros d'allocation handicap à Alexis pour qu'il reste à la maison. Alors qu'il veut travailler et que c'est essentiel pour lui. Il n'a que 22 ans et il adore son travail. Pourquoi ne pas verser cette allocation à son patron pour l'aider à financer les travaux ? Le problème c'est qu'Alexis ne rentre dans aucune case et le projet de son patron non plus. Il faut que les choses avancent dans ce pays pour l'emploi des personnes en situation de handicap. Mais concrètement, pas seulement avec des promesses.»

 

Nous espérons qu’Alexis réintégrera bientôt la boulangerie.

Source : France Info
Plus d'articles