Il filme le mal-être des médecins et des infirmièr(e)s au quotidien, dans l'un des plus grands hôpitaux de France

Par
6 019
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Les hôpitaux, on ne le sait que trop bien, sont des lieux de souffrance. On y rentre rarement pour le plaisir, et un séjour entre leurs murs blancs aseptisés est souvent synonyme d'une étape difficile au sein de nos vies. Mais à la douleur des malades, s'ajoute celle, moins connue et moins visible, du personnel soignant. En effet, 50 % des salariés des hôpitaux rapportent subir des tensions sur leur lieu de travail, plus de la moitié d'entre eux se dit insatisfaite de la gestion des conflits, et environ 30 % des jeunes médecins présentent des symptômes de dépression.

Comment le travail peut-il engendrer la maladie, dans un lieu qui est censé soigner ? C'est la question qui est au cœur d'un récent reportage de 83 minutes, intitulé « Burning out : Dans le ventre de l'hôpital », et diffusé ce soir à 20 h 50 sur Arte.

Ne tirez plus sur l'ambulance


Le mal-être au travail, le « burnout », la fameuse boule au ventre lorsqu'on se lève le matin, est un fléau qui touche aujourd'hui de plus en plus largement et de plus en plus durement les salariés. Une récente enquête de Cash Investigation dévoilait ainsi l'envers du décor, dressant le portrait accablant d'un monde où les employés sont de plus en plus déshumanisés.

Mais, même s'il y a sans doute un problème global dans le monde du travail, il y a aussi manifestement quelque chose qui ne va pas du tout dans les hôpitaux, où près d'un membre du personnel soignant sur deux déclare souffrir à cause de son travail. Horaires accablants, manque d'effectifs, conditions de travail dégradées avec simultanément une obligation de résultat de plus en plus élevée, prises de bec… Et puis, il y a aussi une part de désenchantement, un sentiment persistant de ne plus trouver de sens à son travail, d'autant plus terrible que beaucoup se lancent à corps perdu dans ce métier par vocation.

Voilà le terrible état des lieux dressé par Jérôme le Maire, qui a passé deux ans au sein de la très réputée unité chirurgicale de l’hôpital Saint-Louis, l’un des grands établissements de Paris. Après une année d'observation, au cours de laquelle il s'est intégré, sans filmer, à la vie interne de l'hôpital et à cet univers si particulier, il a finalement pris sa caméra pour mettre en images les événements dont il est témoin au quotidien. Ainsi, d'une manière criante de vérité, il dépeint le quotidien de ces hommes et de ces femmes qu'on appelle les « soignants ».

La grande force de ce reportage, c'est que Jérôme le Maire laisse dialoguer des points de vue différents, parfois opposés ou bien contradictoires. À la souffrance de cette infirmière qui se plaint de se faire traiter « comme un chien » par le chirurgien, fait écho la détresse de ce dernier, qui confesse avoir perdu sa passion de ses débuts pour son travail et ne plus se lever le matin que par obligation.

Personne n'est épargné : de l'aide-soignante jusqu'au plus haut de l'échelle, des « petites mains » aux cadres de l'hôpital, c'est le même mal qui semble gangrener tous les services. Il s'agit d'un burn-out global de l'hôpital, un véritable phénomène de masse, un malaise ancré en profondeur. Pour l'hôpital, il y a urgence.

« Burning out : Dans le ventre de l'hôpital » , de Jérôme le Maire. Ce soir, à 20 h 50 sur Arte (83 minutes)

VIDEO : La saison 4 de La Casa de Papel a été officialisée, avant même le lancement de la saison 3
Source : Arte
Commentaires