Inde : un salon de coiffure condamné à verser 230 000 euros de dommages et intérêts pour une coupe de cheveux ratée

En Inde, un salon de coiffure a été condamné à verser plus de 231 000 euros de dommages et intérêts à un mannequin pour... une coupe de cheveux ratée !

C’est bien connu : le passage chez le coiffeur ne se déroule pas comme prévu pour certaines personnes. Et ce n’est pas Aashna Roy qui dira le contraire! La jeune femme, mannequin de profession, a porté plainte contre un salon de coiffure indien qui avait raté sa coupe de cheveux.

À voir aussi

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette dernière a obtenu gain de cause. En effet, l’institut de beauté a été condamné à lui verser plus de 231 000 euros de dommages et intérêts.

Une coupe de cheveux ratée qui vaut de l’or

Les faits se sont déroulés en 2018 dans un salon de coiffure d’un hôtel haut de gamme de New Delhi. À cette époque, Aashna Roy avait demandé au personnel une coupe classique de dix centimètres en partant des pointes.

« Cependant, au grand choc et à la surprise de la plaignante, la coiffeuse a coupé l'ensemble de la chevelure, ne laissant que 10 cm et touchant à peine ses épaules », a indiqué le jugement du tribunal des consommateurs de la ville.

Crédit Photo : Image d'illustration 

D’après le tribunal, ce ratage capillaire a détruit le gagne-pain de la plaignante qui avait l’habitude de poser pour des publicités pour produits capillaires. Cette situation avait entraîné une « grave dépression nerveuse et un traumatisme ».

« Il ne fait aucun doute que les femmes sont très prudentes et attentives en ce qui concerne leurs cheveux. Elles dépensent des sommes considérables pour les maintenir en bon état. Elles sont aussi émotionnellement attachées à leurs cheveux », a déclaré le tribunal.

Le jugement précise également que le mannequin « a perdu des contrats et a subi une perte énorme qui a complètement changé son style de vie et a brisé son rêve de devenir top model ».

Par conséquent, le tribunal a condamné le salon à payer 20 millions de roupies (environ 230 000 euros) dans les huit semaines suivant l’ordonnance. L’établissement a encore la possibilité de faire appel.

Source : AFP