Ce célèbre avocat s'est donné la mort au parc Prospect de Brooklyn en s'immolant pour dénoncer les problèmes environnementaux

Par
829
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Que sommes-nous prêts à faire pour défendre nos convictions ? Certains sont prêts à donner leur vie. Comme David Buckel, un célèbre avocat qui militait pour les droits des homosexuels, qui s'est immolé samedi 14 à New York pour dénoncer les effets de la pollution.

advocate.com

Avant de défendre l'environnement, David Buckel était connu pour son combat sans faille pour les droits des homosexuels, notamment pour le mariage pour tous. Il avait notamment été le défenseur des droits LGBT lors d'un procès célèbre qui avait donné suite au film « Boys Don't Cry » en 1999. Un shérif était accusé du meurtre de Brandon Teena, un transgenre qui vivait à Falls City dans le Nebraska. L'organisation de défense des droits de la communauté LGBT, Lambda Legal, dont David Buckel était le directeur artistique, a déclaré dans un communiqué que « sa mort est une perte terrible pour l’ensemble du mouvement pour la justice sociale » avant de qualifier l'avocat d'un « brillant visionnaire juridique ».

« La plupart des humains sur la planète respirent maintenant un air rendu insalubre par les carburants fossiles et beaucoup, en conséquence, mourront prématurément. Ma mort prématurée au moyen d’un carburant fossile reflète ce que nous sommes en train de nous infliger » écrivait l'avocat dans un mail destiné aux médias, avant de s'immoler par le feu. David Buckel avait 60 ans lorsqu'il a été retrouvé mort au parc Prospect de Brooklyn. C'est un promeneur qui a trouvé son corps sans vie accompagné d'une note manuscrite : « Je suis David Buckel et je viens de m’immoler par le feu en signe de protestation. Je m’excuse pour le dérangement. »

Selon la police, citée par le New York Times, David Buckel est mort à 6 h 30. Selon Amy Orr, qui faisait son jogging ce matin-là, aux alentours de 6 h 25 lorsqu'elle a aperçu des policiers autour de « quelque chose ». Elle a d'abord « pensé que c'était un tas d'ordures à cause du panier » comme l'explique le New York Times puis elle a compris qu'il s'agissait en fait d'un corps et de rajouter que les coureurs semblaient « tous stupéfaits. Personne ne pouvait le croire. »

David Buckel précise dans son message que sa mort est un message, une façon d'attirer l'attention sur les problèmes environnementaux de notre monde, « la Terre » : « J'espère que donner une vie puisse attirer l’attention sur la nécessité de donner une voix à notre maison, la Terre ». « Avoir des buts honorables dans la vie invite à avoir des buts honorables dans la mort ».

Source : New York Times
Commentaires