Une clinique, un centre pour enfants... En un mois, la « Love Army » de Jérôme Jarre a réalisé des prouesses pour les Rohingyas au Bangladesh

Par
564
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mardi 2 janvier, la star des réseaux sociaux, Jérôme Jarre, a dévoilé tout ce que la « Love Army » a réalisé grâce aux dons dans le but d’aider les Rohingyas réfugiés au Bangladesh.

En novembre 2017, Jérôme Jarre avait impliqué de nombreuses personnalités autour de sa « Love Army » pour un appel aux dons en faveur des Rohingyas réfugiés au Bangladesh. Au total, ce sont plus de 2 millions de dollars qui avaient été récoltés et autant dire que tout cet argent a été intelligemment dépensé pour permettre à cette communauté d’avoir accès à des conditions de vie bien meilleures.

Sur son compte Twitter, Jérôme Jarre a énuméré les nombreuses actions réalisées au sein du camp depuis que les dons sont arrivés : « Toutes les décisions sont prises sur le terrain avec les Rohingyas. Et nous les écoutons jusqu’à ce que l’on connaisse tout de leurs attentes. Les patrons, c’est eux »

Comme on peut le voir à travers ces publications, Jérôme Jarre indique que les dons sont directement transmis aux familles de Cox’s Bazar, qui est l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ainsi, ces familles peuvent acheter directement ce dont elles ont le plus besoin.

Au-delà, c’est une vraie communauté qui s’est établit avec l’envie de donner la priorité aux conditions sanitaires et éducatives. Grâce aux dons, ils ont pu financer la construction d’une clinique gérée par des médecins d’une association locale appelée « Friendship ».

Ils ont également construit un centre d’éducation pour les enfants, et prévoient d’en ériger un second. En outre, il évoque le travail autour des puits d’eau qui avaient été installés par des ONG, rapidement hors d’usage par manque d’entretien. Des Rohingyas sont donc formés pour entretenir ces puits d’eau potable tandis qu’un autre projet vise à former 11 hommes pour collecter et recycler les déchets du camp. Enfin, les dons ont aussi payé des femmes Rohingyas pour qu’elles fabriquent des réchauds et qu’elles offrent ainsi aux familles qui sont le plus dans le besoin.

Commentaires