Juliette Gréco s'est éteinte à l'âge de 93 ans, retour sur sa carrière

Ce mercredi soir, on apprenait la mort de Juliette Gréco, célèbre chanteuse et actrice, à l’âge de 93 ans.

Ancien petit rat de l’Opéra devenu icône de la chanson, Juliette Gréco s’est éteinte ce mercredi 23 septembre à l’âge de 93 ans. Égérie de Saint-Germain des Prés, elle luttait contre des problèmes de santé depuis plusieurs années mais avait tout de même effectué une tournée d’adieu intitulée « Merci ! » en 2015.

Publicité

France 2

Née le 7 février 1927 à Montpellier, Juliette, surnommée «Toutoune» pour sa timidité, arrive à Paris en 1936 avec sa mère et sa sœur. Elle intègre l’Ecole de danse de l’Opéra, mais sa vie se retrouve chamboulée lorsque la guerre éclata.

Sa mère, résistante, est arrêtée et est envoyée avec sa sœur en 1943 au camp de Ravensbrück. Quant à elle, Juliette échappe à la déportation mais est incarcérée à la prison de Fresnes.

À la Libération, elle retrouve sa mère et sa sœur. Alors que sa mère s’engage dans la marine, Juliette et sa sœur retournent à Paris et elle va surtout fréquenter Saint-Germain-des-Prés où elle rencontre beaucoup d’intellectuels comme Sartre, Camus ou Raymond Queneau, ainsi que des artistes comme Picasso.

Juliette Gréco, une carrière riche

Elle devient l’égérie du quartier et commence à se produire sur des scènes de cabaret en interprétant des chansons de Boris Vian ou Jacques Prévert. C’est avec la chanson «Si tu t’imagines», écrite par Raymond Queneau, que le succès toque à sa porte en 1949, à l’occasion de la sortie de son premier 33 tours.

Sa voix, rauque, chaude et sensuelle est reconnaissable entre milles. Elle fait ses débuts au cinéma dans «Orphée» de Jean Cocteau et vit une relation amoureuse avec Miles Davis, le célèbre trompettiste afro-américain. Antiraciste convaincue, elle fait fi du scandale engendrée par cette liaison et chante «Je Suis Comme Je Suis» en 1951, pour répondre à ses détracteurs.

Néanmoins, c’est en 1953 qu’elle épouse son premier homme, le comédie Philippe Lemair, avec qui elle aura une fille, Laurence-Marie. Dans la suite des années 50, elle tournera dans de nombreux films, notamment à Hollywood avec de grands réalisateurs comme Orson Wells ou Henry King.

Dans les années 60, elle revient en France et chante des chansons écrites par des nouvelles plumes comme Léo Ferré, Jacques Brel, et Serge Gainsbourg, à l’image de « La Javanaise ». Puis, elle épouse Michel Piccoli en 1965, pour une union qui durera 12 ans.

Ensuite, elle « terrorise » la France sous le masque de Belphégor dans la série télévisée du même nom qui deviendra très populaire. Ensuite, elle s’unira professionnellement avec le pianiste Gérard Jouannest, et ce pendant 40 ans. Les deux artistes s’épousent même en 1989.

Avant sa tournée d’adieux, elle subira un malaise sur scène en 1991 et un accident cardiaque à Montpellier. Cependant, cela ne l’empêchera jamais de retourner sur scène, en France ou à l’étranger, notamment dans les festivals.

Plus d'articles