« Foetus », « transgenre », « diversité » : la liste des mots interdits par l'administration Trump aux institutions de santé publique

Par
322
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L'administration Trump va censurer l'usage de certains mots très spécifiques au sein des documents officiels concernant la santé, révèle le Washington Post. Une liste de mots « interdits » a en effet été transmise ce jeudi à des cadres des CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies , la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique).

Le CDC, organe de santé publique des États-Unis / Katherine Welles, Shutterstock

Au cours d'un briefing de 90 minutes, des analystes et des cadres supérieurs du CDC d'Atlanta se sont vus exposer point par point la nouvelle manière de parler à adopter, en vue de la préparation du budget de l'année à venir, a révélé l'un des analystes en question au périodique états-unien.

Les sept mots qui ne pourront dorénavant plus être utilisés semblent spécifiquement et volontairement ciblés pour limiter tout dialogue sur la question de l'orientation et de l'identité sexuelle, ou encore des droits concernant l'avortement. Il s'agit des mots vulnerable (« vulnérable ») entitlement  (« droit ») diversity (« diversité ») transgender (« transgenre» ) fetus (« fœtus »). Plus surprenant : les termes evidence-based (« basé sur des preuves ») et science-based (« basé sur des faits scientifiques ») sont également désormais à proscrire du vocabulaire officiel.

À la place de ces termes indésirables, les analystes se sont vus proposer des expressions « alternatives » pour les remplacer : Ainsi, à la place de la phrase « basé sur des faits scientifiques », la phrase de remplacement suggérée serait « le CDC bases ses recommandations sur des faits scientifiques en considération avec les standards et les souhaits de la communauté ».

L'analyste du CDC, en poste depuis un certain temps, a déclaré au Post qu'il ne se souvenait pas d'un autre moment dans toute sa carrière où des mots avaient été bannis d'un document  parce qu'ils étaient considérés « controversés ». Selon lui, les réactions des membres du CDC dans la salle de réunion étaient incrédules : « Ils disaient, "êtes vous sérieux ?" "Vous plaisantez ?" » a encore rapporté le même homme à nos confrères.

Détail de la page principale du site officiel du CDC / Shutterstock

Outre les accusations de censure d'un organisme de recherche scientifique qu'elle induit, une telle pratique s'inscrit également dans une logique plus large de déconstruction par les conservateurs états-uniens de certaines évolutions sociales acquises sous l'administration précédente. La question de la poursuite de certaines recherches dans les agences fédérales, en particulier celles qui visent à adresser des problématiques telles que l'identité sexuelle ou le droit à l'IVG, se pose aujourd'hui.

Ainsi, plusieurs départements-clés des institutions états-uniennes, comme le ministère de la Santé, mais aussi de la Justice ou de l'Éducation, ainsi que les organismes qui en dépendent, ont été contraints de modifier certaines réglementations ainsi que leurs manières de procéder.

Les députés votent l'ouverture de la PMA à toutes les femmes
Commentaires