L'analyse d'un «chewing-gum», vieux de 5 700 ans, a permis de reconstituer un génome humain du néolithique, une première

1 007partages

À partir d’un « chewing-gum » vieux de plus de 5 000 ans, des chercheurs ont réussi à décoder l’ADN d’une femme qui vivait dans l’actuel Danemark, au néolithique.

Qui aurait pu croire qu’un si petit bout de pâte à mâcher pouvait contenir autant d’informations ?

L’analyse approfondie d’une sorte de chewing-gum, datant de 5 700 ans, a permis de révéler les origines et la couleur des yeux de la femme qui le mastiquait à l’époque, ainsi que les germes contenus dans la bouche de cette dernière.

Cette prouesse sans précédent a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Copenhague, qui ont publié les résultats de cette étude dans la revue britannique Nature Communications.

Crédit photo : Tom Bjorklund

« Une source très précieuse d’ADN ancien »

« Pour la première fois, un génome humain ancien et complet a été récupéré sur autre chose que des os ou des dents », s’enthousiasme Hannes Schroeder, l’un des auteurs de l’étude qui insiste sur cette « source très précieuse d’ADN ancien » qu’est ce chewing-gum.

Cette pâte noirâtre, obtenue à partir d’écorce de bouleau chauffée était couramment mâchée à la préhistoire et comme « elle se conserve très bien », elle renferme de très nombreuses informations génétiques sur celles et ceux qui en consommaient.

La pâte qui a permis d’identifier cette femme avait été découverte lors de fouilles archéologiques menées par le Museum Lolland-Falster, dans le sud du Danemark.

Crédit photo : Archives Theis Jensen / AFP / Université de Copenhague

En analysant l’ADN humain que contenait le brai de rouleau, les chercheurs ont ainsi déterminé que la personne qui mâchouillait la pâte était une femme qui avait probablement les yeux bleus et les cheveux foncés.

Si l’on en croit les conclusions de l’étude, cette femme était génétiquement plus proche des chasseurs-cueilleurs d’Europe continentale que des populations scandinaves.

Les chercheurs ignorent en revanche pour quelle raison elle mâchait cette gomme. Était-ce pour en faire un objet collant ou pour soulager une rage de dents grave à ses vertus antiseptiques ? Nul ne le sait !

Mystère et boule de gomme !

Plus d'articles