L'héroïque sauvetage par deux alpinistes polonais d'Elisabeth Revol, prisonnière de l'Himalaya

2 008partages

Oubliez le film Vertical Limit. Ceci est une histoire vraie, et cette histoire est plus incroyable que n’importe quel film que vous pourriez imaginer. Deux alpinistes polonais ont fait preuve d’un courage hors du commun ce dimanche 28 janvier 2018 pour secourir la Française Elisabeth Revol, alors piégée depuis trois jours sur la montagne Nanga Parbat, faisant partie de la chaîne de l’Himalaya et culminant à 8126 mètres. Sans connaître cette alpiniste française expérimentée, ils ont accompli l’exploit de répondre à son appel à l’aide, et de la secourir en huit heures.


Ils l’ont fait. Denis Urubko et Adam Bielicki sont les deux alpinistes polonais qui ont sauvé la vie d’Elisabeth Revol en surmontant celle que l’on surnomme la « montagne tueuse ». Elisabeth, alpiniste chevronnée, avait entrepris de franchir le K2, deuxième sommet le plus haut du monde, forte de plusieurs années d’expérience. Elle s’est ainsi lancée à cœur perdu dans cette aventure en compagnie de son ami polonais Tomek Mackiewicz. Tous deux avaient déjà tenté l’ascension du Nanga Parbat en 2013, sans succès, après avoir vécu plusieurs aventures alpines ensemble. Nombreux sont les alpinistes à avoir, comme eux, essayé, au fil des années de venir à bout de la montagne. Parmi eux, 186 y sont parvenus, tandis que pas moins de 62 y ont perdu la vie, en comprenant désormais Mackiewicz, aujourd’hui présumé mort. Ce dernier est en effet resté bloqué en raison du mauvais temps, hostile, pendant la descente de la montagne qui a entraîné l’immobilisation d’Elisabeth et lui à 7280 mètres d’altitude. Prisonnière du Nanga Parbat, Elisabeth appelle au secours en envoyant des messages d’alerte, en précisant que son camarade polonais se trouve dans un état préoccupant.

Les proches d’Elisabeth réunissent 50 000 euros pour lui venir en aide, et envoyer des hélicoptères de secours. Dans le même temps, au Pakistan, quatre alpinistes reçoivent le message de détresse, dont deux Polonais, Denis Urobko et Adam Bielicki, qui décident de tenter le tout pour le tout et de leur porter secours dans un climat hostile. Non seulement ils doivent faire vite, mais ils doivent agir dans l’imprécision la plus totale, puisqu’ils ne connaissent pas la localisation géographique exacte de la Française.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les deux compagnons, faisant preuve d’une bravoure extraordinaire, entament une ascension nocturne sans corde fixe, et parviennent à rejoindre Elisabeth en seulement huit heures dans la nuit de samedi à dimanche, aux alentours de 6000 mètres d’altitude. La femme de trente-huit ans a en effet répondu aux appels du couple d’alpinistes, avec des cris qui ont su percer l’obscurité la plus totale. Cette dernière commençait à perdre espoir : une tempête se profilait, et le brouillard rendait impossible toute extraction par hélicoptère. Aussi avait-elle dû se résoudre à laisser derrière elle Tomek et à continuer sa descente. Malheureusement, le sort de l’alpiniste polonais est toujours inconnu, puisqu’il a été impossible de monter davantage dans ces conditions pour lui porter assistance. Adam Bielicki s’en est d’ailleurs excusé sur sa page Facebook personnelle. 120 000 euros ont été réunis en trois jours pour soutenir la famille de Tomek Mackiewicz en ligne, sur le site GoFundMe.

Non seulement les deux hommes ont sauvé Elisabeth dans des conditions extrêmes, mais ils l’ont fait en pulvérisant un record de vitesse. Jamais personne n’était parvenu à gravir la montagne aussi rapidement. Non contents d’avoir héroïquement sauvé Elisabeth Revol, Denis Urubko et Adam Bielicki comptent bien vaincre le K2 désormais, après avoir pris un repos bien mérité.

En vidéo : Les poupées Barbie transformées en un coup de ciseaux par cette coiffeuse
Source : Le Huffpost
Dernières news