La mort d'un chien démembré suscite l'indignation en Turquie, à quelques jours de l'élection présidentielle

Par
8 082
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Tandis que les Turcs s'apprêtent à se rendre aux urnes le 24 juin pour élire leur nouveau président, la mort d'un chiot retrouvé démembré dans une forêt est au cœur de toutes les discussions et est rentré dans le débat présidentiel.

Capture Twitter

À quelques jours de l'élection présidentielle, la Turquie est en émoi. La raison  ? Un chiot, dont les quatre pattes et la queue avaient été coupées, a été découvert par des promeneurs le vendredi 15 juin dans une forêt de la province de Sakarya, à une centaine de kilomètres d'Istanbul. Le jeune labrador a été emmené d'urgence chez le vétérinaire mais a succombé à ses blessures malgré les soins reçus. Le Dr Berktuğ Çiftçi, qui a opéré le petit chien, a affirmé que ses membres ont été coupés par une hache ou un outil similaire.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lors d'un rassemblement électoral à Istanbul dimanche dernier que la police avait arrêté un suspect en relation avec la mort du chiot. Le chef d'État, s'il est réélu, s'est engagé à ce que les lois du pays sur les droits des animaux, jugées trop indulgentes, soient modifiées après le vote du 24 juin. Sa principale opposante, Meral Aksener (Le Bon Parti), a elle aussi dénoncé l'incroyable cruauté de cet acte, tout en appelant à renforcer les lois protégeant les animaux.

D'autres responsables politiques ont dénoncé cet acte horrible, comme la députée du Parti de la Justice et du Développement (AKP), Lütfiye Selva Çam  : « Je condamne ces barbares qui ont tué un être vivant de cette manière. Le premier objectif du Parlement sera d’adopter une nouvelle loi qui prévoit des peines de prison allant jusqu’à 10 ans pour de tels incidents », a-t-elle tweeté.

Le triste sort de l'animal au pelage noir a également secoué la nation, qui s'insurge contre ces maltraitances récurrentes. Les images du chiot en souffrance se sont répandues sur les réseaux sociaux, avec l'apparition d'un hashtag #HayvanaSiddetSuctur, en français « La violence contre les animaux est un crime ». Un illustrateur a même souhaité rendre hommage au petit chien en publiant un dessin devenu viral. « Aujourd'hui, un bébé chien aux membres coupés a été laissé pour mort. C'est un crime contre l'humanité. Je suis sans voix », écrit-il en légende du post  :

Sur le site Change.org, une pétition en ligne demandant que les cas de violence et de maltraitance envers les animaux soient considérés comme des crimes par la loi turque a récolté plus d’un million de signatures.

Source : Daily Mail
Chien Animal Maltraitance Turquie élection
Commentaires