Le sanglier nain est de retour en Inde, après avoir frôlé l'extinction

Le sanglier nain est une espèce animale que l’on pensait éteinte, jusqu’à ce qu’elle réapparaisse en 1971. Pour qu’elle survive, des programmes de conservation ont été mis en place, et ils commencent à porter leurs fruits.

Dans le monde, on compte au total 17 espèces de sangliers différentes. Parmi elles, le sanglier nain, un minuscule mammifère de 25 centimètres de hauteur, originaire de l’Inde, du Népal et du Bhoutan. Cette espèce animale était menacée d’extinction à cause de la destruction de son habitat naturel, car les prairies dans lesquelles elle vivait ont été transformées en terre agricoles.

Il était devenu tellement rare de voir des sangliers nains dans le pays que les scientifiques ont pensé que l’espèce était éteinte, jusqu’à ce qu’elle réapparaisse en 1971. Pour l’aider à survivre, des programmes de conservation ont été mis en place.

Les sangliers nains réintroduits en Inde

Dans les années 2000, des sangliers sauvages ont été capturés et gardés en captivité afin qu’ils se reproduisent. Ils ont ensuite été relâchés en Inde, à l’état sauvage, dans l’espoir que leur population augmente.

« Si nous venions à perdre cette espèce, alors nous perdrions un genre entier et des millions d’années d’évolution en un claquement de doigts », a déclaré Matthew Linkie, coordinateur au Wild Pig Specialist Group, de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Crédit photo : Joël Sartore / Nat Geo Image Collection

Cette méthode semble avoir porté ses fruits puisqu’aujourd’hui, on compte entre 300 et 400 sangliers nains sauvages, en Inde. Entre 2008 et 2020, près de 130 sangliers ont été relâchés dans des parcs nationaux et des réserves naturelles.

Si leur population est en hausse, les efforts ne sont pas terminés pour autant puisque 60 autres sangliers nains vont être relâchés durant les cinq prochaines années.

« C’est très important pour moi de continuer à œuvrer pour sauver cette espèce de l’extinction. Nous devrions tous trouver un but dans la vie. Quand je me suis impliqué dans ce projet, j’ai réalisé qu’il pouvait m’offrir ce but », a déclaré Parag Deka, le directeur du programme de conservation.

Plus d'articles
À lire aussi