L'Antarctique a perdu 3000 milliards de tonnes de glaces depuis 1992

Par
473
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Dans une étude dévoilée dans la revue scientifique Nature, on apprend que la fonte des glaces en Antarctique est trois fois plus rapide ces dernières années.

Depuis 1992, l'Antarctique a perdu 3 000 milliards de tonnes de glaces. Dans cette étude menée par 84 scientifiques et publiée hier dans le magazine Nature, on apprend que la fonte des glaces en Antarctique s'est accélérée ces dernières années. Cette perte de glaciers aurait fait augmenter le niveau global des océans de presque 8 millimètres.

C'est un véritable problème pour les populations vivant sur les côtes. Il y a 6 ans, le continent austral perdait en moyenne 76 milliards de tonnes de glaces annuellement. Aujourd'hui, elle serait estimée à 219 milliards de tonnes. Un chiffre inquiétant car, rappelons-le, ce continent représente 90 % des glaces de la planète.

Eric Rignot, coauteur de cette étude, s'inquiète de cette aggravation : « Nous avons maintenant une image sans équivoque de ce qui se passe en Antarctique ».

Recouvert à 98 % de glaces permanentes

Le continent blanc est recouvert à 98 % de glaces permanentes. Entre les fortes chutes de neige l'étoffant et la fonte des glaces (y compris les détachements des icebergs) la diminuant, les scientifiques avaient du mal à déterminer la masse réelle du continent. Aujourd'hui, l'Antarctique est la plus grande réserve d'eau douce du monde et si elle venait à fondre totalement, le niveau des océans pourrait monter de 60 mètres.

La partie Est du continent est relativement préservée de cette fonte, ce qui n'est pas le cas de la partie Ouest qui a perdu 6 500 km2 de glaces. Comme le prouve l’étude, la majeure partie des pertes viennent du côté Ouest.

Si la tendance actuelle continue, la fonte des glaces du continent blanc pourrait devenir la principale cause de la hausse des océans, devant la dilatation thermique. En effet, l'eau prend plus de place quand elle se réchauffe.

VIDEO : Âgée de 89 ans, elle tricote plus de 400 couvertures et les offre à des chiens de refuge
Source : AFP
Climat Antarctique Rechauffement climatique
Commentaires