Après trois mois de cavale, le braqueur Redoine Faïd enfin arrêté à Creil

Par
1 683
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mercredi 3 octobre, au petit matin, la police a fait savoir qu’elle avait enfin mis la main sur le braqueur Redoine Faïd, qui s’était fait la malle de la prison de Réau, en Seine-et-Marne, le 1er juillet dernier.

Le fugitif le plus recherché de France a été appréhendé à Creil, dans l’Oise, avec quatre autre personnes, dont son frère Rachid, deux de ses neveux et une femme qui aurait visiblement logé le groupe ces derniers jours. En parallèle, deux autres complices ont été arrêtés en région parisienne.

L’opération a été menée par 80 policiers des brigades de recherche et d’intervention de Creil, Paris, Lille et Versailles, ainsi que de l’Office central de lutte contre le crime organisé. L’arrestation a été effectuée sans échange de tirs, ni de violence. Les autorités pensent avoir mis la main sur le noyau du commando qui avait fait évader Redoine Faid de la prison de Réau il y a trois mois de cela.

Fiche d'Interpol de Redoine Faïd

Le braqueur multirécidiviste s’était évadé grâce à un procédé assez spectaculaire, à l’aide d’un hélicoptère. Depuis, des traces ADN du braqueur avaient été retrouvées dans une voiture garée sur le parking du centre commercial Auchan de Sarcelles (Val-d’Oise). Ensuite, six perquisitions avaient eu lieu le mercredi 5 septembre dans quelques villes de l’Oise et à Paris, en vain.

Finalement, le fugitif avait été repéré par les forces de l’ordre de Creil il y a plusieurs jours et avait placé l’endroit sous surveillance de la BRI. Ils ont alors attendu le moment propice pour procéder à l’interpellation.

Le nouvel ex-ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a félicité les fonctionnaires de la PJ qui « ont démontré leur engagement, leur pugnacité et leur détermination à faire respecter la loi de la République ». De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe, qui assurera l’intérim au ministère de l’Intérieur, a salué le « professionnalisme de la police nationale ».

Commentaires