Le coq Coquelicot, accusé de chanter trop fort, a disparu

11Kpartages

À Saint-Pardoux-la-Rivière (Dordogne), le coq Coquelicot se retrouve au milieu d’une querelle de voisinage. La Cause ? Ses chants qui ne plaisent pas aux voisins.

Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Corinne Fesseau et du coq Maurice, récemment décédé.

Publicité

Les voisins de Cécile Vanier, qui habitent en région parisienne, possèdent une résidence secondaire dans le village, séparée par une haie végétale et une cloison en polystyrène de la maison dans laquelle vit Coquelicot.

Crédit : Valérie Déjean / France bleu

Le coq blanc de 3 ans vit dans un poulailler fermé avec trois autres poules et deux poussins, à quatre mètres de la limite de la propriété, nous rapportent nos confrères de France bleu.

Les propriétaires de Coquelicot convoqués au tribunal en novembre

Après une audience de conciliation le 30 mars dernier, les propriétaires avaient dû aménager le poulailler pour le laisser sortir à neuf heures du matin. Mais cela n’a pas été suffisant, trois jours après le départ de ses voisins à la fin des vacances, ils ont reçu une lettre recommandée les convoquant au tribunal le 23 novembre prochain.

Crédit : Valérie Déjean / France bleu

Les propriétaires ont lancé une page Facebook, ainsi qu’une pétition « Sauver le coq Coquelicot » et dénoncent « les années de procédure en tous genres, souvent infondée » de leurs voisins.

Une disparition qui interroge les propriétaires

Depuis ce samedi matin, les propriétaires cherchent inlassablement le coq Coquelicot. « Quand mon mari est venu ouvrir le poulailler ce matin, il a vu que la porte était ouverte. Ça l'a interpellé. Et il s'est aperçu que Coquelicot n'était plus là », raconte Cécile Vanier à France bleu.

Crédit : Sauvez le coq Coquelicot / Facebook

« On essaie de penser à tout. On se dit qu'on a mal fermé la porte. Mais ce n'est pas possible, c'est un loquet qui rentre dans la pierre. On pense au renard, mais il n'aurait pas laissé les trois poules et l'autre petit coq », précise-t-elle.

Crédit : Sauvez le coq Coquelicot / Facebook

Elle a annoncé ne pas vouloir baisser les bras et compte bien porter plainte. Quant au combat judiciaire, il n’est pas abandonné, puisque c’est tout le poulailler qui est accusé de nuisances.

« On a encore besoin de votre soutien, on ne lâche rien. Le fils de Coquelicot qui devait partir à l'adoption reste parmi nous pour continuer le combat », ajoute-t-elle sur la page Facebook « Sauvez le coq Coquelicot ».

Source : France bleu
Coq
Plus d'articles