Le documentaire « J'irai décrocher la lune » nous plonge dans le quotidien de 6 personnes atteintes de trisomie 21

375partages

Dans son documentaire « J’irai décrocher la lune », Laurent Boileau dresse le portrait de six personnes atteintes de trisomie 21. À travers leurs témoignages, elles nous dévoilent leurs rêves et leurs incertitudes.

Véritable ode à la tolérance, «J’irai décrocher la lune » balaie d'un revers de main les préjugés sur le syndrome de Down et délivre un magnifique message sur le handicap et la différence.

Porteurs de la trisomie 21, Stéphanie, Robin, Elise, Gilles-Emmanuel, Eléonore et Mario ne rêvent que d’une seule chose : décrocher la lune.

Crédit Photo : Nomades TV

Des témoignages émouvants

Pour ce groupe de trentenaires originaires de Reims, décrocher la lune est synonyme d’indépendance et de réussite. Tout au long de leur vie, ils ont bataillé pour mener une vie ordinaire.

Leur quotidien est rythmé par une série de défis : vivre seul dans un appartement, gagner sa vie, gérer un budget, apprendre à faire une lessive ou préparer un repas.

« Les gens travaillent pour vivre. Ou mieux, on vit pour travailler et gagner sa nourriture », affirme Robin avec humour.

Robin rêve d'une vie d'artiste. Crédit Photo : Nomades TV

Le jeune homme rêve de devenir chanteur et de se produire sur scène. En attendant, ce féru de yoga occupe un poste au service courrier de la Maison Départementale des Personnes Handicapées.

Son handicap, Robin a du mal à l’accepter, mais il a appris à vivre avec : «Je n’accepte pas, ça me fait mal à mon coeur », confie-t-il au réalisateur. Lorsqu’il est à la maison, Robin n’hésite pas à donner des conseils à ses amis. Par exemple, il aide Stéphanie à faire sa première lessive.

De nature timide, cette dernière travaille dans une bibliothèque et rend souvent visite à Eléonore. Ensemble, elles s’encouragent et se soutiennent mutuellement dans les épreuves du quotidien.

Crédit Photo : Nomades TV

Eléonore et Stéphanie. Crédit Photo : Nomades TV

Lutter contre les préjugés

De son côté, Eléonore lutte pour l’inclusion des personnes handicapées. La jeune femme est dotée d’un fort caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Grâce à sa determination, elle est aujourd’hui conseillère à la Mairie d’Arras.

Elise et Gilles-Emmanuel gagnent aussi leur vie. L’une est atsem dans une école maternelle, l’autre travaille au sein d’une association. Leur activité professionnelle les pousse à progresser, à interagir avec leurs collègues et à se dépasser.

Crédit Photo : Nomades TV

Crédit Photo : Nomades TV

Crédit Photo : Nomades TV

À travers son film, Laurent Boileau s’intéresse également au parcours de Mario, dont la passion est de jouer du piano. Face à la caméra, il fait résonner les accords de son instrument.

Crédit Photo : Nomades TV

Porter un nouveau regard sur la trisomie 21

Touchés par la même maladie, Stéphanie, Robin, Elise, Gilles-Emmanuel, Eléonore et Mario gèrent les aléas de la vie de manière différente et partagent le même point commun : faire évoluer le regard du grand public sur leur handicap.

« J’irai décrocher la lune » porte un regard neuf sur la trisomie 21 et démontre avec brio que rien n’est impossible même quand on a un chromosome en plus. : « On n'a qu'une vie et il faut en profiter au max ! », conclut Eléonore.

Le documentaire signé Laurent Boileau est disponible dès aujourd’hui en DVD.

Plus d'articles