« Le FN ne sera jamais le RN et le RN ne sera jamais le nouveau FN » : Marine Le Pen se heurte à une difficulté pour changer l'appellation de son parti

Par
417
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le Front National s'est fait couper l'herbe sous le pied. En effet, alors que Marine Le Pen déclarait vouloir rebaptiser son parti, histoire de lui donner un nouveau souffle, celle-ci s'est heurtée à un problème de poids : le nouveau nom qu'elle imaginait pour son parti existe déjà.

C'est ce dimanche 11 mars lors du Congrès de Lille, où Marine Le Pen a été réélue à la tête du parti, que cette dernière a déclaré vouloir donner un nouveau souffle à son parti d'extrême droite. Et pour ça, rien de tel que de changer le nom. Le Front National deviendrait alors le Rassemblement National. Mais ça coince. En effet, « Rassemblement National » existe déjà et a été déposée à l'Institut national de la propriété culturelle le 20 décembre 2013. Igor Kurek, qui se présente comme le président du RN s'est empressé de mettre les points sur les I.

C'est par le biais d'un communiqué, publié ce dimanche, qu'il a répondu au désir, d'une nouvelle appellation du FN. Une réponse claire qui a pour but de faire oublier à Marine Le Pen l'idée de rebaptiser son parti en « Rassemblement National » qui est actuellement un parti à part entière qui « agit pour le rayonnement de la France dans le monde, pour la pérennité de la nation française, de son identité et de sa culture, pour le développement de la francophonie, pour la construction d'une Europe libre et démocratique et pour le progrès de la démocratie dans le monde. »

Zone d'ombre concernant la propriété de la marque

Dans les faits, le dépositaire de la marque s'appelle Frédérick Bigrat, à l'initiative d'un compte Twitter et d'un site officiel du parti, régit par la loi 1901. Seulement, le communiqué a été rédigé par un certain Igor Kurek, qui se présente comme le président du parti. Sûr de lui, il affirmait, au nom du RN, que « le Rassemblement national est très étonné par l'amateurisme de Marine LE PEN qui est aussi celui du FN, parti qui prétend pourtant se 'professionnaliser, normaliser et dédiaboliser' ».

Puis, finalement, Frédérick Bigrat, le dépositaire de la marque et président du RN a déclaré que « Monsieur Igor Kurek n'était pas mandaté par le bureau de l'association pour opérer quelque communiqué que ce soit, il s'agit donc d'une démarche purement personnelle qui engage la responsabilité de son auteur et dégage celle du Rassemblement National en instance de dissolution ».

Du côté du Front national, l'heure est aux affirmations. En effet, il se défend d'avoir, directement auprès de Frédérick Bigrat, « chargé depuis deux mois un de ses avocats d'acquérir les droits de cette marque, par acte sous seing privé le 22 février 2018 ». Marine Le Pen, a déclaré au micro de RTL que le nom « Rassemblement National » a été déposé en 1986 et entend poursuivre en justice Igor Kurek pour utilisation frauduleuse de la flamme sur son logo qui se trouve être l'emblème du Front national.

INPI

Qu'indique cette volongé de changer de nom ?

Ce changement de nom, en plus d'une volonté de moderniser un parti qui a presque cinquante ans, exprime une réelle volonté de la part de Marine Le Pen de s'émanciper de son père et ainsi faire oublier ce que suscite le nom de ce parti, notamment de par son historique. En ce sens, Jean-Marie Le Pen, interrogé sur France Inter, a très rapidement réagi à la déclaration de sa fille et a jugé « désastreux qu'on abandonne le nom Front national, car c'est un repère inimitable et incontournable » assénant ainsi que sa fille à, selon lui, « manqué d'imagination » puisque ce nom a « déjà été utilisé deux fois, une fois aux cantonales de 1985 et une fois aux législatives de 1986 »

Source : Twitter RN Officiel
Commentaires