Historique : l'initiative de 25 jeunes a contraint le gouvernement colombien à mettre un frein à la déforestation 

Par
330
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Incroyable mais vrai : un groupe de 25 enfants et jeunes gens, avec l’aide de l’ONG appelée Dejusticia, ont attaqué en justice en janvier 2018 le gouvernement colombien en vertu de la protection de l’environnement… obtenant gain de cause !

Le 5 avril 2018, la Cour suprême de la Colombie a en effet rendu son jugement, en ordonnant au pays de mettre immédiatement un terme à la déforestation qui ravage son paysage. Une décision pour le moins inattendue !

Image d'illustration de Santa Rosa de Cabal, près de Manizales, en Colombie. Crédit photo : Jess Kraft / Shutterstock


Plus que 5 mois pour le gouvernement colombien avant de soumettre un plan d’action ayant pour but d’endiguer la déforestation. Une mesure imposée par la Cour Suprême du pays, répondant au désir de protection de l’environnement formulé par les 25 personnes et l’ONG Dejusticia lié au fait que la Colombie aurait perdu en 2016, d’après l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales, 178 597 hectares de forêt vierge, correspondant à une augmentation stupéfiante de 44% par rapport à 2015.

Si les représentants du gouvernement colombien s’étaient engagés à se mobiliser pour réduire le phénomène et ainsi protéger l’Amazonie, peu de résultats ont pu être observés dans les faits. Une passivité relative à la protection environnementale qui devrait à présent devenir la préoccupation n°1 grâce à la Cour Suprême, qui a statué que « les droits accordés par la Constitution de la Colombie impliquent une transversatilité et concernent les êtres humains qui y habitent et qui doivent pouvoir jouir d’un environnement sain leur permettant de mener une vie digne et de jouir du bien-être ». Cela va sans dire que pollution et déforestation constituent des entraves certaines au bien-être des Colombiens.

Le concept de « justice intergénérationnelle » a été mis en avant par la Cour Suprême pour justifier sa délibération. Il incombe ainsi au gouvernement actuel de se soucier des générations futures, et de tout faire pour qu’elles puissent vivre dans des conditions décentes. La justice climatique devient ainsi justice sociale, de l’environnement découlent nécessairement les conditions de vie de tous.

Nous sommes curieux de découvrir quel plan le gouvernement colombien va élaborer pour respecter l’ordre de la Cour Suprême, si effectivement il sera efficace sur le long terme, et inspirera d’autres pays à faire de même pour améliorer les conditions environnementales globales.

Colombie Environnement Écologie Déforestation Amazonie Justice
Commentaires