C'est officiel, le Japon reprend la chasse commerciale à la baleine

Par
33 224
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce n’était qu’un secret de polichinelle, c’est aujourd’hui officiel : le Japon va bien reprendre la chasse commerciale à la baleine en dépit des interdictions internationales.

La semaine dernière, les rumeurs qui circulaient au sein du gouvernement japonais faisaient état d’une possible reprise de la chasse commerciale à la baleine. Des rumeurs fondées puisque le Japon vient d’officialiser la nouvelle, en annonçant son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) et présentant même un agenda.

À partir du mois de juillet 2019, le Japon sera donc d’attaque sur les mers et les océans pour chasser les cétacés, et ce malgré l’interdiction en vigueur depuis 1986. Une interdiction que le pays contournait déjà sous couvert de « recherche scientifique », exploitant une faille du moratoire.

Le Japon rejoint ainsi l’Islande et la Norvège à rendre public son projet de pêche à des fins commerciales. Cette décision s’explique en partie par le rejet, en septembre dernier, par la CBI d’un texte porté par les autorités japonaises qui voulaient prévaloir la coexistence de la préservation et de la chasse commerciale des baleines. À cette époque-là, le pays nippon avait alors brandi la menace de quitter la CBI.

Le Japon officialise la reprise de la chasse commerciale à la baleine. Crédit image : Shutterstock / Martin Prochazkacz

Cependant, les pêcheurs japonais s’abstiendront d’aller chasser « dans les eaux de l’Antarctique ou dans l’hémisphère Sud » et seront limités « aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive » du Japon. Par ailleurs, le Japon s’accorde à respecter « les quotas de prises calculés selon la méthode de la CBI afin de ne pas épuiser les ressources » a indiqué le ministre de la Pêche japonais.

Évidemment, désormais officielle, cette nouvelle crée des remous parmi les organisations écologiques qui la condamnentà l’instar de Sam Annesley, responsable de Greenpeace au Japon : « Il est clair que le gouvernement tente de faire passer cette annonce en douce à la fin de l’année, loin des projecteurs des médias internationaux, mais le monde n’est pas dupe (…) La décision du Japon est en décalage complet avec la communauté internationale, et fait fi de la nécessité de protéger nos océans et ces créatures majestueuses ».

VIDEO :
Japon Baleine
Commentaires