Un photographe dénonce le racisme anti-roux à travers une série de portraits magnifiques !

Par
14 123
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Du 1er mai au 15 juin prochain, l’aéroport de Rennes accueillera une exposition photographique réalisée par Pascal Sacleux qui aura pour but de dénoncer le racisme anti-roux.


Photographe professionnel et également roux, Pascal Sacleux sait de quoi il parle quand il s’exprime sur le racisme anti-roux : « C’est une forme de racisme qui perdure depuis des siècles. Beaucoup de roux ont vraiment morflé pendant l’adolescence et certains sont détruits socialement » confie-t-il auprès de 20 Minutes.


Il est vrai que le racisme anti-roux est certainement celui qui est le plus occulté. Et pourtant il est tout aussi dangereux que n’importe quelle forme de racisme. Ainsi, pour dénoncer ce phénomène, Pascal Sacleux a décidé de réaliser une série de portraits de personnes rousses pour mettre en lumière leur beauté inégalable.

Pascal Sacleux


Malgré sa démarche louable, il a tout de même avoué qu’il avait rencontré beaucoup de réticence avant de trouver son espace d’exposition : « Certains ont refusé de me rencontrer, m’indiquant que cela ne servait à rien de remuer le couteau dans la plaie. Mais beaucoup de personnes ont compris l’intérêt de ma démarche ».


Par ailleurs, le racisme anti-roux, il continue à le subir, même durant son parcours de photographe : « J’ai plus ressenti cela dans petits villages en Bretagne (il vit au sud de Rennes, ndlr) alors qu’avant, quand j’étais à Paris, les gens s’en foutaient un peu. C’est d’ailleurs étonnant car on retrouve beaucoup plus de roux en Bretagne, même si on en trouve partout dans le monde. »

Pascal Sacleux


Pour lui, cette exposition est donc l’occasion de mettre un point d’orgue à son combat pour mettre en valeur les minorités visibles : « J’aime bien mettre en avant des personnes qui ne sont pas bien traitées socialement. Je ne vois pas ce projet, qui est plus personnel que les autres, comme une revanche mais plutôt comme une mission ».


Ainsi, il a lancé un appel au financement participatif à travers la plateforme Kengo afin de récolter 3 500 euros, une somme qui lui permettra de payer le tirage des portraits sur des bâches.

Quand les bébés ont des dents, ces drôles de montages sont aussi hilarants qu'effrayants
Source : 20 Minutes
Exposition Photos Racisme Roux
Commentaires