Le village de Laguiole fait supprimer une vingtaine de marques qui usurpaient son nom

Par
6 530
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le petit village de Laguiole a obtenu de la justice qu’une vingtaine de marques usurpant son nom soient supprimées. Détails.

Dans le petit monde des couteliers, deux marques reviennent souvent dans l’imaginaire collectif français, telle une madeleine de Proust : Opinel et Laguiole. La seconde - dont les couteaux sont facilement reconnaissables avec leur mouche décorative - jouit d’une certaine réputation mais celle-ci voit pourtant son authenticité mise à l’épreuve, depuis quelques années.

Le village de Laguiole remporte une importante victoire judiciaire. Crédit photo : solkanar / Shutterstock

Avec le temps, les véritables Laguioles, façonnés dans la manufacture de forge du village éponyme situé dans l’Aveyron, sont ainsi devenus des couteaux de référence qu’il est presque indispensable de posséder une fois arrivé à l’âge adulte.

Un succès et un prestige qui ne se démentent pas mais qui attirent forcément les convoitises et, de facto, la multiplication de contrefaçons non-fabriquées localement, dont beaucoup sont importées.

Des marques qui risquent d'« induire en erreur le consommateur moyen en lui faisant croire que ces produits » sont fabriqués à Laguiole 

C’est la raison pour laquelle le village se bat depuis maintenant plus de 20 ans pour conserver son authenticité et faire interdire tous les produits vendus, à tort, en son nom.

Leur cible, un dénommé Gilbert Szainer, un entrepreneur du Val-de-Marne, qui , après avoir déposé le nom « Laguiole » en 1993, commercialisait des produits sous cette appellation tout en accordant des licences à d’autres entreprises françaises ou étrangères, qui en faisaient de même.

Une aberration pour le village dont les doléances ont enfin été entendues puisque la justice leur a donné gain de cause. En effet, la cour d'appel de Paris a annulé le dépôt d'une vingtaine de marques « Laguiole », considérant que ces dernières présentaient le risque d'« induire en erreur le consommateur moyen en lui faisant croire que ces produits étaient originaires de ladite commune ».

Les juges ont ainsi dénoncé une « fraude » caractérisée qui consistait en « une stratégie visant à priver la commune et ses administrés de l'usage du nom Laguiole ».

En conséquence, Gilbert Szajner, ainsi que son fils et la société usurpant le nom « Laguiole », ont été condamnés à verser solidairement 50 000 euros au village au titre du préjudice moral, mais aussi 20 000 euros au titre des frais de justice.

Source : France Info
Commentaires