17 légendes urbaines, mythes et idées reçues à propos du sexe, que de nombreuses personnes croient pourtant dur comme fer !

Par
349
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Entre les légendes urbaines, le puritanisme et la pseudoscience, les idées reçues concernant le sexe ont la vie dure ! C’est pourquoi de nombreuses personnes croient à des choses assez bizarres, voire totalement absurdes par rapport au sexe.

Dans une vidéo publiée par le site américain Mental Floss, le docteur Aaron Carroll, qui a co-écrit un livre sur le sujet, intitulé « Don’t put that in there ! And 69 other sex myths debunked » [Ne mets pas ça là-dedans ! Et 69 autres idées reçues à propos du sexe] revient sur les idées reçues auxquelles il convient de tordre définitivement le cou.

Voici 17 légendes urbaines, mythes et idées reçues à propos du sexe, que de nombreuses personnes croient pourtant dur comme fer !



1. Il n’existe absolument AUCUNE relation entre la taille du pénis et celle d’une autre partie de l’anatomie (comme le pied ou la main).
              
De manière assez incroyable, il existe de nombreuses études sur le sujet, qui tentent de démontrer une quelconque corrélation entre la taille du pénis d’un homme, en érection ou non, et la taille d’un autre membre de son anatomie. Aucune de ces études n’a réussi à trouver de lien. Pourtant, sans que l’on puisse précisément expliquer pourquoi, de très nombreuses personnes croient encore dur comme fer que la taille du pénis et celle des pieds est liée, d’autres assurent que c’est la taille des mains qui révèle la longueur de l’engin, ou bien celle des oreilles, voire même un ratio qui se calcule en prenant en compte la longueur des phalanges des doigts… La vérité, Messieurs, c’est qu’il n’existe absolument aucun lien entre la taille de votre appareil reproducteur et celle de vos autres membres. D’ailleurs, pourquoi y en aurait-il un, à la base?

2. Le pénis moyen ne mesure pas 17 centimètres

Là aussi, il existe de nombreuses études sur le sujet, à croire que les scientifiques aussi s’intéressent de près à ce genre de choses. Certaines études parlent d’une longueur moyenne de 12,7 centimètres, d’autres d’un peu plus de 13 centimètres… En tout cas, ça ne monte pas vraiment beaucoup plus haut que cela, inutile de tirer sur la longueur !


3. Le port du préservatif ne permet pas de durer plus longtemps

Une étude a carrément chronométré plus de 500 hommes tandis qu’ils avaient une relation sexuelle. Verdict ? Capote ou pas, c’est pareil : le préservatif ne permet pas de retarder l’arrivée de l’éjaculation. On doit sans doute cette croyance à des campagnes de marketing et de sensibilisation rondement menées. Par contre, le port du préservatif peut protéger des maladies sexuellement transmissibles, ce qui est déjà en soi une raison amplement suffisante d’en utiliser.


4. Lorsque vous n’éjaculez pas pendant longtemps, vous n’éjaculez pas vraiment beaucoup plus de sperme

On ne « stocke » pas réellement le sperme lorsqu’on n’éjacule pas, pour tout lâcher le moment enfin venu ! Bon, il existe bien une différence, mais elle est très minime : 1,4 millilitre de plus si vous vous abstenez pendant une semaine, autant dire pas grand-chose. Et avec un jour d’abstinence, il n’y a carrément aucune différence ! En revanche, le « jet » peut être beaucoup plus puissant lorsqu’on n’éjacule pas un certain temps, ce qui peut donner l’illusion d’une véritable fontaine…


5. Les blondes ne sont pas plus sexy ni plus coquines que les brunettes

Il existe une idée reçue couramment répandue, qui voudrait que les hommes jugent les blondes plus sexy, car elles seraient plus « coquines » au lit, et que ces dernières auraient également plus de relations sexuelles en général que les autres femmes. En fait, il y a un peu de vrai là-dedans : les hommes désirent effectivement plus les blondes… mais uniquement dans les pays où elles sont moins « communes », comme en Inde, en Asie, ou encore en Afrique. En fait, c’est simplement parce qu’elles jouissent du privilège de la rareté, de l’exotisme, et d’ailleurs les hommes blonds ont également plus de succès dans ces pays-là. De même, dans les pays du nord de l’Europe, dans lesquels une majorité de personnes sont blondes, les métis(ses) sont jugé(e)s plus attirants que la moyenne. Lorsqu’une société compte autant de blonds que de bruns, il n’existe pas de différence notable.


6. La plupart des femmes ne s’épilent/rasent pas totalement les parties génitales

Vous pouvez dire merci aux clichés véhiculés par la pornographie pour ce mythe-là ! Effectivement, si l’on regarde les films pornos, on pourrait croire que la très vaste majorité des femmes se rasent ou s’épile totalement, tous les jours, en permanence… En réalité, seulement 14% des femmes déclarent ne laisser aucun poil au quotidien, et 20% disent au contraire ne jamais toucher à leur toison.


7. Les plus gros seins ne sont pas moins sensibles

Certaines personnes affirment que, comme les nerfs ont plus de chemin à parcourir pour aller jusqu’au cerveau, les gros seins sont moins sensibles… Bien entendu, cette explication pseudo-scientifique est absolument ridicule : si c’était le cas, les femmes de grande taille auraient également les nerfs moins sensibles au niveau des pieds !


8. Le sexe n’est pas vraiment une séance de sport, et cela ne remplace pas l'exercice physique

Bien sûr, le sexe permet de brûler beaucoup de calories et de faire travailler une bonne variété de muscles. Mais soyons réalistes deux minutes : le temps moyen d’un coït est d’un peu moins de 7 minutes, après quoi l’homme commence à éjaculer. Et même si vous parvenez à tenir 30 minutes et que vous vous donnez à fond, cela restera encore trop bref pour que ce soit vraiment utile.


9. Les hommes ne trompent pas plus que les femmes… Et les femmes ne sont pas plus infidèles que les hommes !

Ce mythe est assez curieux, et pour cause, il y a les deux parties : suivant que l’on est un homme ou une femme, on a tendance à penser que les personnes du sexe opposé sont plus infidèles. En réalité, les hommes et les femmes trompent à peu près autant : 23 % des hommes avouent avoir déjà trompé leur partenaire actuelle, contre 20% des femmes.


10. L’apogée sexuel des femmes n’est pas nécessairement aux alentours de la trentaine ni de la quarantaine

On a tendance à dire que le « pic d’activité sexuelle » d’un homme est dans sa prime jeunesse, tandis que les femmes doivent attendre la trentaine ou la quarantaine pour connaître leur maximum d’activité. En fait, contrairement à ce qu’on croit, ce serait même le contraire : les hommes ont plus tendance à faire l’amour 4 fois par semaine lorsqu’ils ont la trentaine ou la quarantaine, tandis que les femmes ont plus tendance à le faire 4 fois par semaine lorsqu’elles vont vers la fin de la vingtaine.


11. Les hommes plus jeunes ne risquent pas d’éjaculer plus tôt que les autres

Ont dit que les jeunes hommes, parce qu’ils ont moins d’expérience, ont tendance à moins contrôler leurs émotions et à atteindre l’orgasme plus vite. Ce n’est pas forcément vrai, et cela peut arriver à tous, indépendamment de l’âge et de l’expérience sexuelle. En fait, pour les hommes atteints d’éjaculation précoce, le problème va même en empirant avec l’âge.


12. Les hommes ne pensent PAS au sexe toutes les 7 secondes.

Imaginez : cela ferait en moyenne 57 000 pensées salaces par jour. Soyons sérieux deux minutes : certains hommes sont obsédés, mais tout de même pas à ce point. Et d’ailleurs, les femmes peuvent être tout autant portées sur la chose… Si ce n’est plus !


13. Ce n’est pas parce qu’on est marié que l’on se masturbe forcément moins.

Selon une étude, 98% des hommes non mariés et 44% des femmes non mariées se masturbent régulièrement. Après le mariage, le chiffre descend à 85 % pour les hommes, et monte à 45% pour les femmes. Autant dire que la différence n’est pas flagrante. Bon, et maintenant, chassez-moi toutes ces vilaines pensées concernant vos parents.


14. On ne peut pas avoir une érection lorsqu’on est mort.

Eh non, il est strictement impossible de « faire bander un mort » ! De nombreuses rumeurs et légendes urbaines concernant des employées à la morgue qui « s’amusaient » avec les cadavres ont déjà amplement été démystifiées : il s’agit de canulars, et rien d’autre. Par contre, on peut mourir en ayant une érection : c’est un réflexe qui peut survenir lors d’un afflux soudain de sang, dans le cas de certaines morts, comme la pendaison. Mais si le macchabée a son engin au repos, rassurez-vous : il est strictement impossible que le couvercle du cercueil se soulève en plein milieu de l’enterrement suite à un soudain réflexe pénien venu d’outre-tombe !


15. Les femmes aussi font des rêves érotiques

Les rêves érotiques concernent aussi bien les femmes que les hommes… Peut-être même que les dames sont encore plus touchées : 40% des femmes avouent avoir déjà fait ce genre de rêve !


16. La masturbation ne rend ni sourd, ni aveugle, ni quoi que ce soit d’autre.

Si c’était le cas, soyons francs : les ophtalmologues et les vendeurs d’appareils auditifs auraient de beaux jours devant eux (voire les chiffres énoncés dans le point 13) ! En réalité, ce mythe a été créé de toutes pièces pour faire peur aux jeunes garçons qui pourraient se laisser tenter par les plaisirs solitaires, et a connu son âge d’or à une époque où l’éducation et les mœurs étaient beaucoup plus puritaines qu’aujourd’hui.

17. La pilule ne provoque pas de prise de poids

Les premières pilules contraceptives qui furent développées contenaient de très hautes doses d’œstrogène, ce qui pouvait occasionner quelques dérèglements hormonaux. Mais la pilule telle que nous la connaissons aujourd’hui est beaucoup plus élaborée. Plus de 50 études comparant la pilule à des placébos n’ont pas montré de prise de poids particulière engendrée par la prise de la pilule.



Commentaires