La Californie adopte une loi interdisant la vente d'animaux issus de l'élevage dans les animaleries

Par
2 657
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Approuvée l’année dernière, la loi interdisant la vente d’animaux issus de l’élevage dans les animaleries, plus connue sous le nom de AB 485, entrera en vigueur ce mardi 1er janvier en Californie.

Les établissements californiens devront vendre exclusivement des chiens, des chats et des lapins provenant de refuges pour animaux, de centres d’adoption ou d’opérations de sauvetage sous peine de s’exposer à une amende de 500 dollars (437 euros).

Promouvoir l’adoption d’animaux

Cette mesure vise à promouvoir l’adoption d’animaux de compagnie dans les refuges et à cesser de soutenir les installations d’élevage en masse.

Aux États-Unis, 1,5 million d'animaux de compagnie sont abattus chaque année. Crédit : Celiafoto / Shutterstock

« Dans de nombreux cas, les « puppy farms » (« fermes à chiots ») hébergent des animaux dans des conditions surpeuplées et insalubres, sans nourriture adéquate, sans eau ni soins vétérinaires », indique une page d’information sur la législation. « En conséquence, les animaux élevés dans ces installations sont souvent confrontés à toute une série de problèmes de santé, notamment des maladies transmissibles, des problèmes de comportement et des troubles génétiques ».

D’après eux, les industries actuelles, dans lesquelles les animaux de compagnie sont élevés à des fins lucratives, peuvent conduire à des traitements inhumains et à des problèmes de santé émotionnelle et physique à long terme chez certains animaux.

Environ 1,5 million d’animaux de compagnie sont abattus chaque année

Selon les estimations de la Société américaine pour la cruauté envers les animaux, plus de 6,5 millions d’animaux de compagnie entrent dans des refuges chaque année dans le pays, dont environ 1,5 million est abattu.

La Californie devient le premier État des États-Unis à appliquer cette mesure. Crédit : Okssi / Shutterstock

Patrick O’Donnell, membre de l’assemblée californienne qui a présenté le projet de loi, a insisté sur le fait que cette mesure n’était pas seulement « une grande victoire pour les amis à quatre pattes », mais également pour les contribuables californiens, qui dépensent des centaines de millions de dollars pour abriter des animaux.

Avec cette mesure, la Californie devient le premier État des États-Unis, à appliquer cette mesure et rejoint ainsi le Royaume-Uni, qui a récemment interdit la vente de chiots et de chatons dans les animaleries.

Source : BBC
Commentaires