Aux États-Unis, une loi va bientôt interdire les spectacles d'animaux dans les cirques !

Par
7 503
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Voici une excellente nouvelle pour les défenseurs de la cause animale !

On vous parlait la semaine dernière du cirque Joseph Bouglione qui arrêtait les spectacles d’animaux pour se consacrer exclusivement aux autres divertissements. Et bien cette fois-ci, c’est le cirque Ringling Bros and Barnum & Bailey qui est à l’honneur. En effet, ce cirque historique va, après 146 ans d’existence, fermer ses portes. C’est l’annonce qui a été faite sur leur site ce dimanche 21 mai !

En janvier, une annonce avait été déjà été faite quant à la fermeture du cirque. En raison de problèmes financiers, dont la diminution de tickets vendus, et une mauvaise transition suite à l’arrêt des spectacles d’éléphants, le chapiteau était prédéstiné à se fermer. Finalement, après des années de service, c’est un projet de loi qui a donner le coup final au cirque itinérant. La mesure a été présentée fin mars à la Chambre des représentants suite à un accord entre Raul Grijalva (élu démocrate de l’Arizona) et Ryan Costello (élu républicain de Pennsylvanie) ainsi que 22 autres législateurs.

Crédit photo : A final farewell from Ringling Bros / YouTube

Ce projet intitulé : « Traveling Exotic Animal and Public Safety Protection Act » (loi sur la protection des animaux exotiques itinérants et à la sécurité publique) vise à supprimer l’utilisation des animaux exotiques et sauvages dans les spectacles de cirques ambulants. En effet, les 19 cirques itinérants sur le territoire américain seraient alors obligés de faire un choix : soit renoncer aux spectacles d’animaux et se concentrer sur les numéros qu’avec des personnes ou bien fermer définitivement.

Crédit photo : A final farewell from Ringling Bros / YouTube

Le cirque Ringling a souvent été accusé de maltraitance envers les animaux. PETA avait, en 2009, diffusé une vidéo de dresseurs en train de maltraiter des éléphants. En 2011, ils avaient dû payer 270 000 $ à l’USDA pour violation de la loi sur le bien-être animal. De nombreuses pétitions avaient alors été lancées pour dénoncer et faire avancer la cause animale ! Un grand pas avait alors été franchi en 2015 lorsque leurs éléphants avaient été transférés dans un centre de protection.

Crédit photo : A final farewell from Ringling Bros / YouTube

Cependant, il faut tenir en compte que les fauves étaient encore captifs à ce moment-là, et les mauvais traitements continuaient à l’encontre des fauves « Pendant l’entrainement, leur posture envers le dresseur indiquait de la peur quant aux conséquences d’une mauvaise performance » raconte Jay Pratte (dresseur d’animaux depuis plus de 25 ans) dans un rapport publié par PETA, en octobre quand il avait assisté à une des performances.

Crédit photo : A final farewell from Ringling Bros / YouTube

Dès lors, en étant approuvé, ce serait donc près de 200 animaux qui seraient libérés. Cela porterait un très gros coup aux diverses entreprises qui font parties de l'industrie du spectacle et notamment les fournisseurs d’animaux. « Ensemble, chacun de nous peut apporter sa pierre à l'édifice et en finir avec la cruauté envers les animaux » déclare Ryan Costello.

Le traitement infligé aux éléphants et aux fauves est connu depuis de nombreuses années, à travers des pétitions et des centaines de rapports qui ont été rédigés. Et pourtant, les performances animales continuent dans le monde entier. L’adoption de cette loi serait une véritable avancée !

Crédit photo : A final farewell from Ringling Bros / YouTube

Jan Creamer (fondatrice de l'organisation Animal Defenders International) explique dans National Geographic pourquoi les animaux n’ont pas leur place dans les spectacles : « Il y a environ un siècle, lorsque nous ignorions l'intelligence, les émotions et la capacité d'une espèce à communiquer, notre propre ignorance pouvait servir d'excuse au fait que nous traitions si mal ces animaux. Nous n'avons tout bonnement plus cette excuse désormais. Dans une société civilisée, les animaux sauvages n'ont pas leur place dans des cirques ».

Un couple de gérants d'un magasin Super U démissionne, après la diffusion de photos de leur safari de chasse
Animaux éléphants États-Unis Cirque
Commentaires