Les petits refuges animaliers ne recevront pas d'aide financière du gouvernement

22Kpartages

Suite au confinement, les refuges et associations indépendantes qui protègent les animaux ont demandé au gouvernement de débloquer un fonds d'urgence pour les aider, mais celui-ci a refusé.

Après avoir appris qu'aucun ministère ne sera créé pour œuvrer pour le bien-être animal, les défenseurs des animaux ont reçu une deuxième mauvaise nouvelle.

Le gouvernement a en effet refusé d'aider économiquement les petits refuges et les associations animaliers, malgré leur demande.

Crédit photo : Oliveshadow / Shutterstock

Les refuges impactés par la crise du Covid-19

Les associations et refuges indépendants vivent grâce aux dons qu'ils récoltent lors de collectes en grandes surfaces, dans les foires et les vide-greniers. À cause du confinement, les structures n'ont pas pu mener ces actions et n'ont reçu que très peu de dons, alors qu'ils devaient continuer les dépenses pour prendre soin des animaux.

Les refuges se retrouvent donc dans une situation d'urgence et ont demandé au gouvernement, dans une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche, une aide économique. Mais ce soutien a été refusé par l'Assemblée Nationale.

Crédit photo : Eudyptula / Shutterstock

Si une aide de 19 millions d'euros a été distribuée, elle a été donnée uniquement aux grosses structures animalières, comme les zoos. Les refuges indépendants, eux, n'ont rien reçu.

Face à cette injustice, une lettre ouverte signée par 85 personnalités a été publiée afin que la demande des associations soit réexaminée.

30 Millions d'Amis apporte son soutien financier

Devant l'urgence de la situation, la fondation 30 Millions d'Amis a décidé de verser plus d'un million d'euros aux structures qui en ont besoin. Au total, l'association a aidé 228 refuges dans toute la France, dont 215 refuges pour chiens et chats et 13 pour équidés.

Crédit photo : Okssi / Shutterstock

La fondation va aussi aider à payer certaines dépenses plus concrètes comme l'achat de nourriture, les soins vétérinaires et les travaux urgents.

« Ces petits refuges, qui n'ont souvent aucune visibilité et œuvrent sans relâche dans l'anonymat, sont en première ligne pour recueillir les dizaines de milliers d'animaux abandonnés chaque année », a commenté Reha Hutin, la présidente de la fondation.

Plus d'articles