États-Unis : le projet d'oléoduc qui devait traverser un territoire Sioux, au détriment des traditions et de l'Histoire, a été temporairement stoppé après des mois de protestations

Par
442
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C’est une première victoire pour la tribu Sioux de Standing Rock, et pas des moindres : les amérindiens ont en effet obtenu l’arrêt temporaire des travaux de l’oléoduc  de 1 900 kilomètres qui devait traverser le Dakota du Nord. Le projet controversé, initié par la compagnie Energy Transfer Partners et nommé « Dakota Access » avait mobilisé, depuis plusieurs mois, quelques 200 tribus amérindiennes qui ont occupé la zone et bloqué les travaux afin d’empêcher que les machines ne pénètrent sur les terres sacrées de leurs ancêtres.

La lutte des Sioux du Dakota a très vite pris de l’ampleur, et de nombreux autres sympathisants se sont joints à la cause : d’abord des militants écologistes, puis d’autres tribus et peuples « natifs » des quatre coins du monde qui ont soutenu à leur manière le combat, à l’instar des Māori de Nouvelle-Zélande qui ont exécuté un Haka pour saluer leurs frères de l'autre bout du monde. Enfin, des vétérans de l’armée Américaine (très respectés aux États-Unis) sont venus grossir les rangs des Amérindiens face aux bulldozers, et ont pris ouvertement parti pour cette cause.

 
JIM WATSON / AFP

Ce dimanche, tous ces mois de résistance et de lutte acharnée ont finalement payé. Ils ont finalement obtenu le gel provisoire du projet : des études supplémentaires vont être faites afin de prendre en considération les arguments avancés par les Sioux et ainsi évaluer leur pertinence. En effet, selon les Amérindiens, le projet menacerait leurs sources d'eau potable et endommagerait plusieurs sites où sont enterrés leurs ancêtres.


Cette décision rendue publique le 4 décembre dernier a été saluée par la communauté Amérindienne et notamment par les chefs tribaux.

"Nous soutenons de tout cœur la décision de l'administration et rendons hommage avec une extrême gratitude au courage du président Obama et des ministères concernés pour avoir pris les mesures nécessaires pour corriger le cours de l'histoire et agir dans le bon sens, a ainsi déclaré David Archambault II, le chef de la tribu de Standing Rock. Nous ne sommes pas opposés à l'indépendance énergétique, au développement économique ou à la sécurité nationale, mais nous devons nous assurer que les décisions prises respectent nos peuples indigènes."
LUCAS JACKSON / REUTERS

Le combat des Sioux, rejoints par d’autres tribus amérindiennes ainsi que divers sympathisants, avait été très suivi et provoqué un fort engouement populaire. Sioux et sympathisants ont campé par milliers près du chantier afin de le bloquer, et ils ont tenu bon. Pourtant, de récentes manifestations ont été durement réprimées par les forces de l'ordre…

Cette première victoire est une bonne nouvelle pour la tribu de Standing Rock, cependant ce n’est probablement que le début, et rien n’est encore joué. Surtout lorsqu’on sait que le futur président des États-Unis, Donald Trump, qui investira officiellement la Maison Blanche le 20 janvier, soutient le projet de l’oléoduc — il a d’ailleurs des parts dans la compagnie responsable des travaux.

Malgré tout, et même si cela n’est probablement qu’une victoire temporaire et qu’on se doute que la compagnie minière n’a pas dit son dernier mot, les sioux ont fêté l’évènement et sont pleins d’espoir.
ROBYN BECK
VIDEO : La version étendue d'Avengers : Endgame va sortir en France
Commentaires
Vous aimerez aussi