Disparition d'Emiliano Sala : le troublant message envoyé par le joueur à ses proches

4 535partages

Peu de temps avant que son avion ne disparaisse, le footballeur Emiliano Sala a envoyé un cruel message prémonitoire à ses proches, dans lequel il confie sa peur de voyager à bord d’un appareil qu’il juge en mauvais état.

Le monde du ballon rond est sous le choc ! Depuis mardi matin et l’annonce de la disparition de l’avion qui devait ramener le joueur italo-argentin Emiliano Sala, de Nantes au Pays de Galles, l’ensemble des footeux mais aussi de nombreux anonymes ont fait part de leur émotion.

Venu dire au revoir à ses ex-coéquipiers du FCNA plus tôt dans la journée, l’attaquant (auteur de 13 buts cette saison) se rendait à Cardiff - où il venait d’être transféré pour 17 millions d’euros - à bord d’un avion de tourisme de type Piper Malibu. L’engin a disparu des radars alors qu’il survolait la Manche, peu après 20h lundi soir.

Le terrible message prémonitoire de Sala avant que son avion ne disparaisse. Crédit photo : capture d'écran Twitter

Interrompues dans la soirée de mardi puis relancées ce matin au large de l'ïle de Guernesey, les recherches pour tenter de retrouver l’appareil n’ont pour l’instant rien donné et les chances de retrouver d’éventuels survivants sont quasi-nulles. Des débris auraient été aperçus mais il est encore trop tôt pour déterminer si ces derniers proviennent de l’appareil.

On ignore d’ailleurs combien de personnes se trouvaient à bord en compagnie du footballeur. Une, voire deux, dont le pilote, sont évoquées. Seule certitude, les conditions climatiques n’étaient pas optimales lorsque le contact fut rompu.

« Qu’est-ce que j’ai peur ! »

Mais qu’a-t-il bien pu se passer dans le ciel au cours de cette funeste nuit ? Si l’on ignore encore tout des événements, un élément troublant a été révélé mardi soir par le magazine argentin «Olé». Il s’agit d’un message terriblement prémonitoire, envoyé par Sala sur l'application Whatsapp à un groupe d'amis, quelques instants avant qu’on ne perde sa trace.

Adressé à ses proches, ce message glaçant traduit l’inquiétude du joueur qui évoque notamment le mauvais état de l’appareil, confiant avoir un très mauvais pressentiment.

« Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff. Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le. Papa, qu'est-ce que j'ai peur ! », explique-t-il ainsi d’une voix quelque peu tremblante, sans toutefois paraître paniqué.

Des propos qui font écho à ceux confiés plus tôt dans la journée à son ex-partenaire Nicolas Pallois, auquel il avait fait part de ses craintes quant à la sécurité de l’avion, qu’il connaissait déjà pour l’avoir emprunté lors du trajet aller. Cruel !

En attendant de nouveaux éléments, les hommages se multiplient à commencer par celui du public nantais. Des centaines de personnes se sont ainsi rassemblées mardi soir sur la Place Royale pour chanter à la gloire de celui qui a joué 133 matches (48 buts) pour les Canaris (surnoms des joueurs du club) entre juillet 2015 et janvier 2019.

De nombreuses personnalités du football ont également fait part de leur tristesse ainsi que de leur inquiétude et ont tenu à s’associer à la peine des familles.

Né à Cululù dans la province de Santé Fé (Argentine) le 31 octobre 1990, Emiliano Sala avait débarqué à l’âge de 20 ans en France aux Girondins de Bordeaux, après avoir fait ses classes au centre de formation argentin Proyecto Crecer, partenaire du club bordelais.

Professionnel depuis 2012 et passé notamment par l’US Orléans, les Chamois Niortais et le SM Caen, Sala évoluait au poste d’avant-centre (234 matches / 94 buts). Il était réputé pour ses qualités de battant et son sens du sacrifice.

Très apprécié de ses partenaires qui ont souvent loué sa gentillesse, il allait connaître sa première expérience à l’étranger en signant à Cardiff. Un accomplissement pour lui après 3 saisons pleines en Ligue 1, bien qu’il n’était pas favorable à ce transfert

Source : Olé
En vidéo : Strudel, l'alpaga qui a une vraie collection de chapeaux
Plus d'articles
Dernières news