La taxe d'habitation sera bel et bien supprimée et ne sera pas remplacée par un autre impôt

Par
1 702
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Confusion et contradictions au sujet de la suppression de la taxe d'habitation : cette promesse de campagne emblématique d'Emmanuel Macron, que le gouvernement s'est engagé à mettre en œuvre « d'ici 2020 », devait finalement être simplement remplacée par un autre impôt, avait laissé entendre Jacqueline Gourault (MoDem), ministre auprès du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Elle a fait rapidement machine arrière, confirmant une nouvelle fois que la taxe serait bel et bien intégralement supprimée.

L'abolition de cette taxe « injuste » et dont les bases « n'ont pas évolué depuis 1970 » devait être simplement repensée, et permettre plutôt finalement la « création d'un nouvel impôt plus juste », qui viendrait remplacer l'ancienne taxe d'habitation. C'est du moins ce qu'a annoncé en substance Jacqueline Gourault, lors de l’émission Questions d’info sur LCP - Assemblée Nationale. 

« Il faut parler de réforme fiscale et d’impôt plus juste », a-t-elle assuré, affirmant qu'elle n'était pas opposée au principe de taxe d'habitation en lui-même, mais surtout aux anciennes valeurs cadastrales. « Pour le bloc communal, il est important de laisser un impôt en lien avec le territoire », a-t-elle ajouté.


La taxe d'habitation bel et bien finalement supprimée, sans création d'un nouvel impôt pour compenser

Mais le soir même, l'élue revenait sur ses propos sur Twitter, affirmant que la taxe d'habitation serait « définitivement abolie » et qu'elle « ne sera pas remplacée par un autre impôt. » En échange, la fiscalité locale « sera entièrement repensée ».


Une information confirmée ce vendredi matin par le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, face à Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV - RMC. Rectifiant à son tour les propos tenus la veille par Jacqueline Gourault, ce dernier a assuré qu'il n'y aurait « pas de nouvel impôt pendant le quinquennat », même si la suppression totale de la taxe d'habitation était bien menée à bien d'ici 2020.

« Il n'y aura pas de nouvel impôt en France pendant le quinquennat, je m'y engage », a déclaré le ministre au micron de l'émission « Bourdin Direct ». « On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre. On ne prend pas dans la poche des Français ce qu'on vient de leur donner de l'autre main ! », a-t-il ajouté.

Nous voilà rassurés.

Commentaires