« On pensait avoir bien fait, on se fait engueuler » : il sauve un renardeau et se fait sermonner par le vétérinaire

2 181partages

Alors qu'il pensait bien faire en récupérant un renardeau qu'il avait trouvé près d'une route, un amoureux des animaux s'est fait sermonner par la clinique vétérinaire qui l'a pris en charge. Une réaction à laquelle il ne s'attendait pas mais qui est, en réalité, logique. Récit.

C’est un dilemme auquel sont souvent confrontés les amoureux des animaux !

Faut-il sauver un animal sauvage qui nous semble en danger ou, au contraire, laisser faire la nature, aussi cruelle soit-elle ?

Un homme vient d’en faire l’amère expérience en Haute-Savoie après être venu en aide à un bébé renard, qui lui paraissait en détresse.

Il pensait bien faire en sauvant un renardeau, mais il se fait « engueuler » par le vétérinaire

Jeudi dernier, dans la commune de Loisin, un certain Johann assiste ainsi à une scène pas banale lorsqu’il aperçoit une voiture s’arrêter brusquement sur une route départementale en direction d’Annemasse.

La conductrice descend du véhicule et se dirige alors vers un petit renardeau qu’elle avait aperçu au préalable, bien déterminée à le sauver.

Mais pressée et ne sachant que faire, elle le confie à Johann qui, accompagné d’un ami, s’engage à prendre soin de l’animal.

Johann appelle alors un cabinet vétérinaire du coin pour prendre en charge l’animal mais les choses ne vont pas se passer comme il l’avait imaginé.

« Au téléphone, ils m’ont dit de venir tout de suite et quand je suis arrivé, je me suis fait engueuler comme du poisson pourri », raconte ainsi l’intéressé, interrogé par France 3.

« Ils m’ont dit que c’était un animal sauvage, que je n’aurais jamais dû le récupérer (…) on pensait avoir bien fait, on se fait engueuler », ajoute-t-il, manifestement désabusé.

Le bébé renard a finalement été confié à un vétérinaire de Thonon-les-Bains qui a l’habitude de s’occuper des animaux sauvages. « Il l’allaite car le renardeau n’est pas sevré et il est vraiment tout petit », a indiqué la clinique qui devrait prochainement envoyer l’animal au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage des Pays de Savoie, à Chambéry.

Contactée par France 3, une médiatrice faune sauvage de la région a confirmé que récupérer l’animal n’était pas une bonne idée et qu’il fallait donc s’abstenir dans ce genre de situation, sauf bien sûr en cas de danger imminent.

« Il vaut mieux ne rien faire que d’agir mal (…) Quand le renardeau n’est pas blessé, mieux vaut le laisser sur place. Car au printemps, les bébés renards commencent à s’émanciper et ils s’éloignent parfois un peu de leur terrier. C’est parfaitement normal », explique ainsi la médiatrice.

Difficile pourtant d’en vouloir à Johann pour son geste car il croyait bien faire.

Source : France 3
Plus d'articles
À lire aussi