Panda : 10 choses à savoir sur l'animal symbolique de la Chine

Trésor national de la Chine, le panda jouit d’une grande popularité dans le monde entier. C’est pourquoi la rédaction a décidé de s’intéresser de près à cet ursidé au pelage noir et blanc. Dans cet article, découvrez 10 choses à savoir sur l’animal symbolique de l’Empire du Milieu.

Le 2 août dernier, le zoo de Beauval (Loir-et-Cher) a accueilli deux nouveaux pensionnaires : des jumelles pandas répondant aux doux noms de Fleur de Coton et Petite Neige.

À voir aussi

Dimanche 14 août, un autre bébé est venu au monde au zoo de Singapour. Les trois oursons partagent un point commun : ils sont issus d’une insémination artificielle. Vous l’ignorez peut-être, mais les pandas éprouvent des difficultés pour s’accoupler et les femelles ne sont en chaleur qu’une fois par an.

Vous l’aurez compris, les naissances en captivité ou à l’état sauvage sont plutôt rares ! Si vous souhaitez en apprendre plus sur cet animal, il vous suffit de lire les paragraphes suivants.

Le panda est endémique de la Chine

Crédit Photo : clkraus / Shutterstock

Le panda géant est un ours endémique de la Chine centrale. Cet ursidé vit principalement dans les régions montagneuses du Sichuan, du Gansu et du Shaanxi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cet animal n’a pas le vertige.

En effet, il évolue dans des forêts de montagnes situées entre 1800 et 3500 mètres d’altitude. Autrefois, il n’était pas rare de croiser des pandas dans le Sud et l’est de l’Empire du Milieu.

Le nord du Vietnam et le Myanmar (ex-Birmanie, ndlr) abritait également quelques spécimens. En raison de la perte de leur habitat liée à la déforestation, les mammifères ne peuvent pas migrer et se déplacer librement dans la forêt.

Le panda est un animal solitaire

Crédit Photo : Image d'illustration 

Le panda géant a trois passions : dormir, manger et se retrouver seul. L’emblème national de la Chine est un animal solitaire. Dans la plupart des cas, les familles de pandas ne vivent pas ensemble.

Après la séparation avec sa mère, le jeune panda cherche un nouveau territoire. Les mâles et les femelles se retrouvent uniquement pendant la saison des amours. Cette dernière s’étend du mois de mars jusqu’au mois de mai.

Si le panda utilise son odorat développé pour trouver un partenaire, ce sens lui permet également de se tenir éloigné de ses congénères.

Le panda et le bambou : une grande histoire d’amour

Crédit Photo : Image d'illustration 

C’est bien connu : le régime alimentaire du panda géant est constitué à 99% de bambou. L’ours à la fourrure bicolore mange jusqu’à 20 kilogrammes de bambou par jour et passe environ 14 heures à le mastiquer.

Il utilise son faux pouce opposable pour cueillir les tiges des végétaux. Ce sixième doigt lui permet également de tenir les feuilles de bambou et de les porter à sa bouche. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le panda ne digère pas ces plantes.

En effet, ce mammifère fait partie de l’ordre des carnivores. Il est devenu herbivore il y a plusieurs millions d’années après la mutation d’un gène lié au sens du goût. Depuis, « son système digestif typique des animaux carnivores n’a jamais évolué », explique Disneynature.

À l’état sauvage, le panda se nourrit également de miel, de maïs vert ou de fleurs.

Le panda n’hiverne pas

Crédit Photo : Image d'illustration 

Ce n’est un secret pour personne : certaines espèces d’ursidés – dont l’ours brun – pratiquent l’hivernation ou sommeil hivernal.

Durant l’hiver, ces mammifères carnivores peuvent passer cinq à six mois enfermés dans leur tanière. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les ours n’entrent pas dans un état léthargique. En d’autres termes, ils ne dorment pas profondément.

En effet, ils peuvent s’aventurer à l’extérieur de leur abri si la météo le permet. Les boules de poils ne se nourrissent pas mais puisent dans leur réserve de graisses pour survivre.

De son côté, le panda géant n’a pas besoin de se cacher pour affronter l’hiver. Face aux températures glaciales, ce dernier abandonne ses montagnes pour se réfugier dans des endroits plus chauds.

Le panda et le panda roux n’appartiennent pas à la même famille

Crédit Photo : Image d'illustration 

En effet, le panda géant appartient à la famille des ursidés. Le panda roux est le dernier représentant de la famille des ailuridés. Cette dernière fait partie de la superfamille des mustélidés (raton-laveur, mouffette).

Pourtant ces deux animaux partagent plusieurs communs, à commencer par leur nom. Le panda et le panda roux vivent en altitude, dans les chaînes montagneuses asiatiques. Ils se nourrissent de bambou et mettent du temps à le digérer. Les deux mammifères sont également de gros dormeurs.

Enfin, ces derniers partagent également une caractéristique propre aux primates : un pouce opposable.

Le panda et le sexe ne font pas bon ménage

Crédit Photo : Ocean Park Hong Kong

Comme nous l’avions évoqué ci-dessus, les pandas ne montrent aucun intérêt pour le sexe. Généralement, les pandas géants mâles et femelles sont sexuellement matures à partir de sept et cinq ans.

La reproduction de ces mammifères – en captivité ou à l’état sauvage – est un exercice difficile. Ces derniers ont du mal à s’accoupler car ils n’en ont pas envie ou ne savent pas comment faire.

Dans les zoos, les soigneurs font tout leur possible pour stimuler la libido de l’animal : déposer des odeurs de femelles sur du bambou ou diffuser les pandas en train de s’accoupler.

Ce manque d’intérêt pour l’accouplement a de lourdes conséquences pour la préservation de l’espèce. Les parcs animaliers ont recours à des inséminations artificielles pour maximiser les chances de grossesse.

Pour rappel, la femelle peut être fécondée uniquement 24h à 48h par an. Elle peut donner naissance à un ou deux petits par ans. Ces derniers pointent généralement le bout de leur nez au mois d’août.

Le panda peut être prêté par la Chine

Crédit Photo : Image d'illustration 

La « diplomatie du panda » est une méthode utilisée par la Chine. Elle consiste à prêter un panda géant dans le but d’entamer des relations diplomatiques avec un nouveau pays.

L’Empire du Milieu a « offert » des spécimens au Canada, à la Corée du Sud, au Japon, aux États-Unis et à la France :

« Le premier panda a été offert au président Khrouchtchev en 1965, puis le président américain Nixon a effectué une visite d'État en 1972 et ils lui en ont offert un », a expliqué Paul Jepson, défenseur de l’environnement, à Franceinfo.

Aujourd’hui, certains pays dépensent sans compter pour pouvoir louer le trésor national de la Chine. Le prix ? La location des pandas coûte à peu près 800 000 euros par an, sans compter les frais de nourriture.

Le panda peut vivre plus de 30 ans en captivité

Crédit Photo : lzf / Shutterstock

À l’état sauvage, l’espérance de vie du panda oscille entre 15 et 20 ans. Sans surprise, les ursidés vivent plus longtemps en captivité. Ces derniers peuvent atteindre l’âge de 30 ans, voire plus.

Le record de longévité est attribué à Jia Jia, une femelle panda qui vivait à L’Ocean Park de Hong Kong. L’ourse s’est éteinte en 2016 à l’âge de 38 ans, après avoir été euthanasiée.  Cette dernière souffrait de graves problèmes de santé : hypertension, arthrite et cataractes.  

Jia Jia a vu le jour à l’état sauvage dans la province du Sichuan. Elle était l’heureuse maman de 16 petits.

Le bébé panda est minuscule

Crédit Photo : AFP

À la naissance, le bébé panda est aussi léger qu’une plume : il pèse en moyenne 100 grammes. Les plus gros peuvent peser 50 grammes de plus. Autres faits : le nourrisson est aveugle et sa peau rose est recouverte de quelques poils.

Le nouveau-né passera les deux premiers mois de sa vie à téter sa mère et à rester près d’elle tant il est faible. En effet, il ne peut pas se déplacer ou se tenir debout.

Les poils noirs commencent à apparaître sept jours après la naissance. Ils se situent sur la pointe des yeux, autour des yeux et sur les épaules. C’est vers l’âge de quatre mois que le bébé panda effectue ses premiers pas avec sa maman.

Les petits sont sevrés lorsqu’ils atteignent leur premier anniversaire. Ils restent encore proches de leur génitrice les 12 mois suivants. Durant ce laps de temps, ils prennent du poids et deviennent plus forts. Les mâles grandissent plus vite que les femelles.

Le panda n’est plus considéré comme une espèce en danger

Crédit Photo : Nicola Borrani / Shutterstock

Depuis une vingtaine d’années, la Chine ne lésine pas sur les moyens pour protéger le panda géant de l’extinction. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette politique de protection a porté ses fruits.

Aujourd’hui, le panda géant n’est plus considéré comme une espèce en danger sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Les autorités chinoises ont mis en place des solutions pour améliorer les conditions de vie des ours : plantations de bambous, aide à la reproduction ou encore préservation de leur habitat naturel.

Le pays abrite environ 1 800 individus vivant à l’état sauvage. Enfin, le nombre de pandas géants vivant en captivité dans le monde a atteint 633 en 2020. C’est à l’âge de quatre ans que le panda atteint sa taille définitive. À ce stade, il peut peser jusqu’à 150 kg.