Aux États-Unis, grâce à l'implant d'une électrode dans le dos, un paraplégique réussit à remarcher

Par
11 330
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Après un grave accident de motoneige, Jered est devenu paraplégique en 2013. Aujourd’hui âgé de 29 ans, le jeune homme a réussi à marcher grâce à des impulsions électriques émises par une électrode implantée sous sa colonne vertébrale, explique une étude publiée dans la revue Nature Medicine.

En l'espace d'une année, Jered a parcouru 102 mètres, soit la distance d'un terrain de foot. Crédits :Shutterstock/Minerva Studio

Il a réussi, sous l’œil des médecins, à marcher sous la seule force de ses bras et d’un déambulateur comme appui.

Depuis son accident, cet habitant du Minnesota ne pouvait ni bouger, ni ressentir aucune sensation à cause d’une lésion de la moelle épinière de sa colonne vertébrale.

Suivi par les médecins de la clinique de Mayo de Rochester depuis qu’un implant porteur d’une électrode lui a été installé dans « l’espace péridural », en dessous de la zone touchée de sa colonne, Jered a réalisé de somptueux progrès.

En l’espace d’un an et de 113 sessions d’entraînement, ajustées au fur et à mesure par les médecins, le jeune homme a réussi à parcourir 102 mètres, soit la longueur d’un terrain de football, indiquent les docteurs Kristin Zhao et Kendall Lee. « C’est la première fois qu’on peut mettre en œuvre chez un homme totalement paralysé du bas du corps un processus de marche sur tapis roulant ou avec un déambulateur » ont-ils expliqué à l’AFP.

Un travail de longue haleine

Cette étude, commencée en 2016, a duré 43 semaines. Pendant cette période, le jeune homme a suivi des sessions d’exercices physiques et en seulement deux semaines, il pouvait déjà se lever et faire quelques pas, soutenu par un harnais avec une stimulation électrique.

Toutes ces séances ont permis de donner un maximum d’indépendance à Jered. Un travail de longue haleine qui a débouché sur des résultats probants.

Il a réussi à marcher sans harnais et seulement à l’aide d’un déambulateur comme appui ou en se tenant aux barres du tapis roulant. Il a même réussi à retrouver son équilibre. L’étude affirme que c’est une première pour un paraplégique. En effet, dans les précédentes expériences, les volontaires paraplégiques avaient seulement réussi à bouger les hanches, les chevilles et les orteils sous stimulation électrique.

« L’étude montre que le système nerveux central peut s’adapter après une blessure grave, et qu’avec des interventions comme la stimulation péridurale, on peut regagner un certain contrôle des fonctions motrices » explique Kristin Zhao.

Une vie en fauteuil

« Il faut souligner qu’en dépit des succès obtenus pendant l’étude, le patient continue de mener sa vie quotidienne en chaise roulante ». Hélas, les progrès se font qu’en présence de la stimulation de l’électrode. Dès que les stimulations électriques s’arrêtent, Jered retourne à son état physique initial et n’a aucune sensation corporelle.

De plus, toutes ces avancées ne se portent que sur une seule personne, « il faut poursuivre la recherche dans ce domaine pour mieux comprendre qui peut bénéficier de ce type d’intervention » estime le docteur Zhao.

Ce travail vient renforcer l’idée que « des fonctions qu’on pensait définitivement perdues » pourraient se remettre à fonctionner grâce aux nouvelles technologies.

Source : Nature Medicine
Commentaires