Les personnes tétraplégiques pourraient retrouver leur mobilité grâce à l'exosquelette élaboré par un centre de recherche

Par
569
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

« Aucun jeune tétraplégique n’imagine une vie entière immobile. Beaucoup de ceux que je connais espèrent que la science les fera remarcher ». Tels sont les mots que nous pouvons lire sur la page d’accueil du site internet de Clinatec. Ces mots, ce sont ceux de Philippe Pozzo di Borgo, que le grand public connaît pour avoir été interprété par François Cluzet dans le film Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache. Clinatec, c’est un centre de recherche biomédicale qui travaille actuellement sur un fantastique projet : permettre aux personnes tétraplégiques de se mouvoir à nouveau à l’aide d’un exosquelette prometteur, et pilotable... mentalement.

Clinatec


Comme son nom l’indique, la tétraplégie constitue une paralysie des quatre membres, réduisant fortement la mobilité des personnes qui en souffrent. Elle découle souvent de blessures, à l’instar de l’ancien interprète de Superman, Christopher Reeve, aujourd’hui décédé, devenu tétraplégique à la suite d’une chute de cheval. Selon Sciences et Avenir, en France, 50 000 personnes sont tétraplégiques, aussi compte-t-on 1200 nouveaux cas chaque année, dont près des trois quarts sont âgés de moins de 35 ans seulement.

Afin de donner une chance à toutes ces personnes de pouvoir se mouvoir à nouveau, Clinatec a mis au point un exosquelette susceptible d’aider à marcher tous les tétraplégiques dont le cerveau est intact. Dévoilé à la presse le 16 mai 2018, l'exosquelette EMY ( Enhancing Mobility, « Améliorer la mobilité »), fruit d’une impression 3D en titane comportant 14 moteurs pour faire bouger les bras et les jambes, fonctionne grâce à des implants qui « captent les impulsions électriques correspondant à une volonté de mouvement » provenant du cerveau, selon Sciences et Avenir. Ainsi, l’ordinateur associé à l’exosquelette comprend l’intention, et permet d’effectuer instantanément le mouvement. Clinatec va jusqu’à parler de « pilotage mental d’un exosquelette » sur son site web. Une technologie proprement révolutionnaire, synonyme d’espoir pour beaucoup.

Si pour l’instant cette technologie n’est pas encore optimale et que des problèmes d’équilibre restent à résoudre, de même qu’une adaptation possible pour toutes les personnes tétraplégiques, les équipes de Clinatec sont très confiantes, ayant déjà réalisé quelque chose de prodigieux. Vous pouvez d’ailleurs les soutenir en leur faisant un don sur leur site, 30 millions d’euros sont nécessaires pour mener le projet à bien.

En attendant, les Israéliens de ReWalk, eux, sont actuellement en train de tester leur exosquelette sur un patient français, qui doit néanmoins se servir de béquilles pour maintenir son équilibre. Celui-ci n’a pas recours à des implants comme Clinatec pour fonctionner, mais il est commercialisé et coûte 80 000 euros, sans remboursement possible, et nécessite 20 à 30 heures de rééducation pour être utilisé seul. 

Nous suivrons avec attention les progrès de l’exosquelette de Clinatec et ses implants WIMAGINE, en espérant que cette technologie sera bientôt disponible pour le plus grand nombre, après déjà dix ans de travail rondement mené.

Source : Clinatec
Commentaires