À Brest, quatre étudiantes ont créé l'application Ty safe, pour se déplacer le soir en toute sécurité

1 224partages
Bouton whatsapp

À Brest, quatre étudiantes ont décidé de créer une application nommée Ty safe, dans le but de rentrer de soirée en sécurité et de lutter contre le harcèlement de rue.

Rentrer de soirée tard le soir et en pleine nuit peut être très difficile quand on fait face au harcèlement de rue. À Brest, quatre étudiantes ont décidé de créer une application pour lutter contre ce fléau et sécuriser les personnes qui souhaitent rentrer chez elles tard le soir, en toute sécurité.

Crédit photo : Le Télégramme / Rémy Quéméner

Cette idée est venue de Naomie Cordier, une jeune femme qui est arrivée à Brest en septembre dernier pour faire ses études à l’université.

« Le premier jour, alors que je viens de poser mes affaires à l’appartement, je sors pour faire des courses et là, un gars me suit dans la rue, a raconté l’étudiante. Lourdement, il me parle pendant presque dix minutes en plein centre-ville, en me suivant à la trace. Au bout d’un mois à Brest, je me suis aussi fait agresser en sortant de boîte. J’en ai parlé autour de moi et je me suis rendue compte que tout le monde, ou presque, avait eu un problème de ce genre-là depuis la rentrée. »

Lutter contre le harcèlement de rue

À l’université, le second semestre des études de la jeune femme était consacré à l’élaboration d’un projet professionnel. Dans ce cadre, Naomie a parlé à ses camarades de son envie d’agir contre les mauvaises rencontres dans la rue, et trois étudiantes ont été séduites par cette idée. C’est ainsi que Lisa Yuhel, Emma Quémérer et Anaïs Linotte ont rejoint Naomie et ont mis en place leur projet.

Les quatre jeunes femmes ont commencé par distribuer un questionnaire aux autres étudiants pour connaître leur ressenti sur le harcèlement de rue.

« En même pas 48 heures, on avait eu presque 400 réponses. On a eu des témoignages assez choquants sur le thème du harcèlement de rue, a expliqué Naomie. Beaucoup de femmes ont répondu à nos questions, mais il y a aussi des hommes. Cela nous permet de dresser un premier état des lieux et il est assez inquiétant. Par exemple, 60% des gens qui ont répondu indiquent avoir déjà refusé de sortir voir leurs amis par peur d’être agressés. 61% racontent avoir déjà été suivis dans la rue. C’est énorme quand même ! »

Crédit photo : iStock

Une application pour rentrer en sécurité

Le 10 mars, les étudiantes ont finalement créé leur propre application nommée Ty safe. L’objectif de cette plateforme est de mettre en relation des personnes qui souhaitent sortir et qui empruntent le même chemin pour rentrer chez elles.

« À travers une carte interactive, l’idée serait de signaler si l’on va quelque part et s’il y a du monde qui emprunte le même chemin », a déclaré Naomie.

Pour le moment, cette application est toujours en cours d'élaboration. Le principal objectif des étudiantes est de sécuriser la plateforme au maximum, pour éviter les mauvaises surprises et faire en sorte que l’application ne présente aucun danger. Les quatre jeunes femmes se sont donné un an pour finaliser Ty safe.

Source : Le Télégramme
Bouton whatsapp