Pourquoi les feux de circulation sont-ils rouge, orange et vert ?

Dans tout le pays, les feux de signalisation aident à maintenir l'ordre sur les routes en signalant quand il est temps de s'arrêter (rouge), de ralentir (jaune) ou de continuer (vert). Si le schéma de couleurs semble évident aujourd'hui, il y a bien un jour où ce système a été inventé. Et si, vous aussi, vous vous êtes déjà demandé pourquoi les feux avaient ce code couleur, cet article va vous intéresser !

Crédit : ako photography / Shutterstock

À voir aussi

Les feux de signalisation trouvent leur origine dans les réseaux ferroviaires des années 1800. Les ingénieurs ferroviaires avaient besoin d'un moyen de savoir quand arrêter leurs locomotives et quand ralentir. Le rouge a été choisi pour l'arrêt car la plupart des gens l'associent à quelque chose de potentiellement dangereux ou grave.

Dans de nombreuses cultures, il symbolise le danger. Mais ce n’est pas tout, cette teinte a également la plus grande longueur d'onde du spectre des couleurs et peut être donc vue de plus loin, ce qui permet aux opérateurs de commencer à ralentir plus tôt.

Auparavant, les cheminots utilisaient aussi une lumière blanche pour indiquer qu'un conducteur pouvait garder son allure et une lumière verte lorsqu'il devait faire preuve de prudence.

Le rôle du vert dans les feux a en fait beaucoup changé au fil du temps. Sa longueur d'onde est proche (et plus courte) de celle du jaune dans le spectre visible, ce qui signifie qu'il est toujours plus facile à voir que toute autre couleur autre que le rouge et le jaune.

À l'époque des premiers feux de signalisation ferroviaire, le vert signifiait à l'origine prudence, tandis que le feu « tout est clair » était, en fait, clair ou blanc. Les trains, bien sûr, prennent un temps interminable pour s'arrêter, et la légende veut que plusieurs collisions désastreuses se soient produites après qu'un ingénieur ait confondu des étoiles dans l'horizon nocturne avec un feu vert.

C'est ainsi que le vert est devenu le « feu vert » et que, pendant longtemps, les chemins de fer n'ont utilisé que le vert et le rouge pour aider les conducteurs de trains.

Il est important de noter que depuis les premiers jours de l'automobile jusqu'au milieu des années 1900, les panneaux d'arrêt n'étaient pas tous rouges. Beaucoup étaient jaunes, tout comme les panneaux de céder le passage, car la nuit, il était pratiquement impossible de voir un panneau d'arrêt rouge dans une zone mal éclairée.

L'engouement pour les panneaux stop jaunes a commencé à Detroit en 1915, une ville qui, cinq ans plus tard, a installé son premier feu de signalisation électrique, qui comprenait également le tout premier feu orange, à l'angle des avenues Michigan et Woodward. Le jaune signifie « prudence » car il est presque aussi facile à voir que le rouge.

Crédit : monticello / Shutterstock

Tout cela fonctionnait, jusqu'à ce que cela ne fonctionne plus. Comme deux des feux étaient dotés d'un filtre coloré, il y avait confusion si l'une des lentilles tombait, révélant une lumière blanche. Si un filtre rouge était endommagé, par exemple, un conducteur voyait la lumière blanche et pensait que la route était sûre alors qu'elle ne l'était pas.

Selon les historiens, plusieurs récits témoignent aussi du fait que, dans certaines conditions météorologiques, les étoiles pouvaient être confondues avec les lumières, provoquant des accidents. Pour éviter ce problème, le blanc a été éliminé, le jaune a été ajouté pour indiquer la prudence et le vert a été déplacé pour signaler que le conducteur pouvait passer.

En Angleterre, le système ferroviaire a été adopté pour les feux de circulation, même si, techniquement, il n'y avait pas de circulation automobile. Les gens s'inquiétaient plutôt des calèches qui traversaient la ville et constituaient un danger pour les piétons.

Le directeur du chemin de fer, John Peake Knight, a remarqué le problème et a dit à la police métropolitaine de Londres qu'il avait une solution : un système de sémaphore qui utilisait des signaux levés ou abaissés manuellement par des policiers pour signaler aux conducteurs de calèches de s'arrêter ou de ralentir. La nuit, des feux rouges et verts alimentés au gaz étaient utilisés. Toutefois, à la suite d'une explosion de gaz, les autorités ont décidé de cesser l’utilisation de ce système.

Les feux de circulation, une innovation à but sécuritaire

Au début des années 1900, cependant, il était clair aux yeux de tous qu'il fallait faire quelque chose d'efficace pour résoudre les problèmes de flux de circulation en ville. En 1913, année du lancement du modèle T de Ford, les statistiques nationales faisaient déjà état de plus de 4 000 victimes sur les routes.

Après une lecture précise de ces données, on s’est rendu compte que la plupart à la suite de collisions aux intersections. Pendant une longue période, les États-Unis, ont eu recours aux forces de l'ordre pour faire respecter la circulation, en utilisant la méthode du sémaphore consistant à agiter les bras pour diriger les véhicules.

Crédit : Ralf Gosch / Shutterstock

C'est l'ingénieur James Hoge, de Cleveland, qui a suggéré d'exploiter le système des trolleys pour alimenter les feux rouges et verts comme ceux utilisés sur les chemins de fer. Ce système ne prenait pas encore en compte le jaune comme signal d’une transition imminente entre le vert et le rouge, les agents préférant utiliser un sifflet pour indiquer aux conducteurs que le signal était sur le point de changer.

Ce n'est que 7 ans plus tard, en 1920 qu'un officier de police de Detroit, William L. Potts, a conçu le système tricolore rouge, jaune et vert qui se rapproche énormément des feux de circulation tels que nous les connaissons aujourd’hui. Plus tard, ils ont commencé à être réglés pour changer à intervalles réguliers et ont connu plusieurs innovations.

Par exemple, si le feu devenait rouge et qu'il n'y avait pas de circulation, le conducteur pouvait klaxonner pour le faire changer et en quelque sort «demander» un passage au vert.

Cependant, tous les sites n'utilisaient pas les mêmes couleurs. Pour éviter toute confusion, l'Administration fédérale des autoroutes a imposé le schéma de couleurs rouge, jaune et vert en 1935. Elle a également établi des directives pour les panneaux de signalisation et les marquages sur la chaussée, normalisant ainsi bon nombre des informations routières que nous voyons aujourd'hui.