À Londres, il n'y aura plus de publicités avec des corps « irréels » pour ne plus complexer les jeunes (et les autres)

Par
488
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Sadiq Khan, le nouveau maire de Londres, a annoncé l’interdiction des publicités dans les métros, montrant le corps féminin au plus que parfait. Il était temps de mettre un terme au body-shaming.


Elles sont posées là, à la vue de tous, censées être agréables à regarder et pourtant, elles mettent mal à l’aise. « Elles », ce sont ces publicités qui idéalisent le corps « parfait » de la femme et qui ne sont aujourd’hui plus autorisées dans le métro londonien.


Traduction de l'image du dessus : "Les moqueries sur les corps des autres sont interdits".

cosmopolitan.co.uk


Selon Sadiq Khan, le maire de Londres, ces affiches sont susceptibles de créer chez les usagers des transports en commun des « problèmes de confiance en soi liés à leur corps ». Ces problèmes de confiance renvoient surtout au sentiment de honte que peuvent ressentir les femmes de ne pas avoir un tel corps. C’est la définition même du body-shaming.


Ainsi, à partir du mois prochain, ce sont près de 12 000 publicités affichées dans les transports qui seront sous le coup de cette nouvelle réglementation, concernant tout le réseau de transport londonien, du métro au tramway, en passant par les bus.

adsoftheworld.com

 

« À partir du mois prochain, TfL (Transport for London) ne permettra pas l’affichage de publicités pouvant faire pression, en particulier sur les jeunes, afin qu’ils se conforment à un physique irréaliste ou malsain, ou susceptible de créer des problèmes de confiance en soi liés au corps. » a indiqué la mairie de Londres via un communiqué.

blic.rs

 
Pour Sadiq Khan, le statut d’édile rejoint son principe de père de famille : « En tant que père de deux adolescentes, je suis extrêmement préoccupé par ce genre de publicités qui peuvent rabaisser les gens, en particulier les femmes, et leur faire avoir honte de leur corps. Il est grand temps d’y mettre fin. Je veux envoyer un message clair aux publicitaires sur ce point. »

 

Au mois de juillet 2015, une publicité d’une marque faisant la promotion d’un régime protéiné interrogeait : « Votre corps est-il prêt pour la plage ? » (à voir ci-dessous) avec la photo d’une femme, la mannequin Renee Somerfield, en bikini. La publicité avait été fortement critiquée par les usagers, la qualifiant de sexiste mais l’autorité britannique de la publicité ne l’avait pas jugé offensante.

 

independent.co.uk


Finalement, le maire récemment élu compte bien faire évoluer les mentalités de la société londonienne, en espérant que cette initiative soit répandue sur toute l’Angleterre.


Nécessaire cette nouvelle réglementation, n’est-ce pas ?
Source : The Guardian
Commentaires