Magnifique renard blanc destiné à finir écorché et transformé en manteau de fourrure, Miko a été sauvé, pour finir sa vie tragiquement... Faut-il encore des preuves de la cruauté et de l'imbécillité humaine ?

Par
11 648
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Attention aux âmes sensibles, nous préférons vous prévenir : cette histoire est très triste et elle se termine mal. Elle risque aussi d'éveiller en vous un certain désespoir vis-à-vis de la race humaine... Pourtant, elle mérite d'être racontée, en la mémoire de Miko et de ses congénères, tous ces renards qui comme lui finissent à l'abattoir. 

Elle nous a été racontée par Anda Ciurezu, la femme qui tenta par tous les moyens de le sauver.

Voici Miko. C’était un magnifique renard, à la fourrure d’un blanc immaculé, aux yeux bleus somptueux et au museau tout rose. Son histoire est à la fois belle et tragique.

@Anda Ciurezu

Miko est né au Canada, dans une ferme à fourrure. Comme tous ses frères et sœurs, ainsi que les autres renardeaux de la ferme, il était destiné à être tué, écorché, puis transformé en manteau.

@Anda Ciurezu

Cependant, il a été acheté par une dame qui voulait en faire un animal de compagnie, lui sauvant ainsi la vie !

Enfin, son bonheur fut de courte durée : négligé et mal traité par cette personne qui ne savait pas comment s’en occuper, il était devenu agressif, se méfiait des humains... Normal pour un animal sauvage, qui n’aurait jamais dû vivre ailleurs que dans la forêt.

La femme qui l’avait arrachée au sort funeste qui attend les renards d’élevage voulait à présent s’en débarrasser, et souhaitait le tuer car elle ne savait plus quoi en faire…

C’est alors qu’il est sauvé une deuxième fois par une jeune Montréalaise, Anda Ciurezu, qui l’adopte afin qu’il soit épargné à nouveau de l’abattoir.

@Anda Ciurezu

Lorsque la jeune femme ramène Miko à son domicile, elle se rend compte que ce dernier avait 3 dents cassées, et était terrifié par les humains...

De toute évidence, il avait été aussi maltraité par sa précédente « sauveuse ». Bien consciente de la charge et de la difficulté que représentait le fait de vivre avec un animal sauvage, Anda voulait le donner à une réserve faunique, mais aucune d'entre celles qui se trouvaient autour d’elle ne le voulait, pour une raison très simple : Miko n’avait pas la couleur rousse d’un vrai renard sauvage.
@Anda Ciurezu

Elle fut donc obligée de le garder, car en tant qu’animal d’élevage, Miko n’aurait jamais survécu seul dans la nature.

@Anda Ciurezu

Au début, raconte Anda, les premiers mois furent très difficiles. « J’ai eu des cicatrices partout aux jambes et aux bras. Mais ça en valait vraiment la peine, » explique-t-elle.

@Anda Ciurezu


Avec le temps, il commence à lui faire confiance… Et après quelques mois, il dormait dans le lit de la jeune étudiante, et ils étaient capables de jouer ensemble !

@Anda Ciurezu
 La jeune femme et son renard sont vite devenus inséparables.
 
@Anda Ciurezu
La jeune femme et son renard décide alors de mettre les beaux yeux de Miko au service de la cause animale !
@Anda Ciurezu

AInsi, Anda et Miko font des conférences pour sensibiliser le public à la cruauté et à la maltraitance que subissent les animaux dans les fermes à fourrure.

Elle se rend dans des expositions avec lui, elle visite des écoles, elle continue à lutter et à militer pour les droits des animaux...

Des articles dans des magazines, et même un documentaire de la CBC, « The World of Exotic Pets », lui sont consacrés, afin de mettre en lumière leur travail de sensibilisation pour militer contre les fermes à fourrure.
@Anda Ciurezu

Et puis, le 4 Février 2015, c’est la tragédie.

Alors qu’elle est en cours, quelqu’un vole le renard. Lorsqu’Anda rentre chez elle, elle trouve les planches de son cabanon arrachées, et le renard absent. Le cadavre ensanglanté du bel animal sera retrouvé dans un sac-poubelle noir, dans l’arrière-cour d’une propriété.

« Ce jour-là, tout mon monde s'est arrêté, nous dit Anda dans le message qu’elle a envoyé à la rédaction. Miko était mon pilier, mon espoir, mon meilleur ami. Il m'a tellement appris, sans parler… »


Ce meurtre imbécile était-il l’œuvre des personnes qui s’enrichissent dans le commerce de fourrure animale ? Une histoire de jalousie, une personne qui aurait voulu lui faire du mal ? Ou bien simplement l’œuvre d’un fou furieux ? On ne le saura peut-être jamais. Une enquête criminelle a été ouverte par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de Montréal.

Cet acte d’une cruauté et d’une bêtise sans nom a révolté les amis des animaux qui ont érigé l’histoire de Miko en symbole de la cruauté gratuite. L’histoire de Miko est une véritable tragédie, un si bel animal qui a été persécuté par l’être humain de sa naissance à sa mort… Mais qui aura pu, au moins, connaître quelques années de paix et de répit dans les bras de son amie Anda.
@Anda Ciurezu

- Pour soutenir Miko, c'est ici
- Pour suivre le mouvement "justice for Miko", rendez vous sur Facebook
- Enfin, n'hésitez pas à faire un tour sur le compte instagram d’Anda, où la jeune étudiante continue de militer et de partager des photos afin de maintenir vivante la mémoire de Miko

R.I.P
Commentaires