Revenu d'entre les morts, un prisonnier se « réveille » sur la table d'autopsie alors que les médecins avaient annoncé son décès

Par
788
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C'est une histoire plus que loufoque qui s'est passée dans le centre pénitencier des Asturies en Espagne. Alors qu'il avait été déclaré mort par les services médicaux, suite à une tentative de suicide à l'acide, le détenu a repris conscience lorsque les médecins allaient procéder à l'autopsie.

Crédit image : shutterstock.com / PixHound

Ce dimanche, l'homme incarcéré pour vol de métaux, a été retrouvé inerte aux alentours de huit heures du matin. Deux médecins sont alors intervenus et après vérifications, ils ont certifié le décès du jeune homme de 29 ans, Gonzalo Montoya, déclarant qu'il n'y avait « aucun signe de vie » selon une porte-parole de l'administration pénitentiaire.

C'est deux heures plus tard que le corps a été enfermé dans une housse noire pour être amené à la morgue afin de commencer l'autopsie où sur place, un troisième médecin confirmera le décès. Le corps est alors placé sur la table d'autopsie lorsque le détenu revient d'entre les morts.

La presse locale espagnole a rapporté les déclarations de José Carlos Montoya, le père du détenu : « Il s'est aperçu qu'on le sortait de la housse (mortuaire) pour le mettre sur la table et pratiquer l'autopsie. » Quant à sa femme, elle précise le déroulement des faits : « La première chose dont il se souvient est qu’il était dans un sac noir. Comme il ne pouvait pas parler, il a commencé à pousser des petits cris. Le médecin l’a entendu. Il a ouvert le sac. Mon mari a commencé à crier et à sortir ses bras du sac ».

La famille envisage de porter plainte

Si la famille a été prévenue de la mort de leur proche, il en va de soi que l'annonce de sa « résurrection » fut plus que joyeuse. Néanmoins, il s'agit d'une erreur médicale. Et si cette erreur s'est produite, ce serait a priori dû à une catalepsie qui s'apparente à un état physique transitoire caractérisé par une rigidité des muscles du visage, du tronc et des membres, qui restent figés dans leur attitude d'origine. En ce sens, la famille envisage donc de poursuivre la prison et une enquête interne a été ouverte. Et, bien que son état ne soit plus en danger, le détenu aurait attrapé une pneumonie en raison de son passage en chambre froide...

Source : BFM
Espagne Suicide
Commentaires