Son fils de 3 ans porte un tutu dans la rue, un homme la traite de « mauvaise mère » et l'accuse d'abus. Sa réponse est parfaite !

Par
19
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Durant leurs premières années, les enfants n’ont aucune notion de ce qui « se fait ou pas », et pensent qu’ils sont totalement libres de faire ce qu’ils veulent. Du coup, pour beaucoup de parents, leur dire ce qu’ils peuvent porter ou pas s’apparente souvent « à une perte de temps »…

Mais Jen Shattuck, une jeune maman américaine, va vite le regretter. Elle a récemment partagé via un post Facebook les remarques extrêmement déplacées qu’elle a reçues de la part d’un homme, pour avoir laissé son fils de 3 ans et demi, Roo, porter… un tutu.

@facebook.com/schriftstellar

Voici ce qu’elle a écrit :

« Mon fils de 3 ans et demi aime jouer aux camions. Il aime réfléchir sur des puzzles. Il aime manger des prunes. Et il aime porter des tutus pailletés. Quand on lui demande, il dit que les tutus le rendent beau et courageux. Il vous dira également qu’il n’y a aucune règle sur ce que les filles ou les garçons doivent porter.

Mon fils a porté des tutus à l’église. Il en a porté au supermarché. Il en a porté dans le train et dans le bac à sable. Dans la partie où l’on vit, cela n’a jamais été un problème. Lorsqu’on nous posait des questions, c’était toujours bien intentionné et tout se déroulait de manière très bon enfant. Jusqu’à hier.

Hier, alors que nous étions en train de marcher vers le parc, Roo et moi avons été accostés par quelqu’un qui souhaitait savoir pourquoi mon fils portait une jupe. On ne le connaissait pas, mais apparemment il nous observait depuis un bon moment.

« Je suis juste curieux » a-t-il dit. « Pourquoi vous faites ça à votre enfant ? »

Il n’était pas curieux. Il ne cherchait pas des réponses. Il voulait simplement nous faire comprendre à tous les deux que ce que mon fils faisait - ce que je lui laissais faire - était mal.

En s’adressant directement à mon fils, il a dit : « Elle ne devrait pas te laisser faire ça. Tu es un garçon. C’est une mauvaise maman. C’est de l’abus sur mineur. »

Il a pris des photos de nous, même si je lui ai demandé de ne pas le faire. Il m’a menacé. « Maintenant tout le monde va savoir, tu verras. »

J’ai appelé la police. Ils sont venus, on fait leur rapport, et ont notamment complimenté la jupe. Cependant, mon fils ne s’est pas senti mieux de toute la journée. Il voulait savoir : « Est-ce que l’homme va revenir ? L’homme méchant ? Est-ce qu’il va dire d’autres choses méchantes sur mon tutu ? Il va encore prendre des photos ? »

Je ne peux pas l’assurer. Mais voici ce que je peux dire : je ne vais pas me laisser intimider. Je ne me suis jamais sentie vulnérable ou apeurée, ce n’est pas aujourd’hui que ça va ça commencer. Je ne laisserai aucun inconnu dire à mon fils ce qu’il peut et ne peut pas porter.

Le monde n’aime peut-être pas mon enfant pour ce qu’il est réellement, mais moi oui. Et je suis sur cette Terre pour m’assurer qu’il le sait.

Je crierai toujours mon amour pour lui.

Je le défendrai afin qu’il puisse marcher dans la rue en paix, en portant exactement ce qu’il souhaite.

Je lui montrerai, de toutes les façons que je peux, que j’estime grandement la personne qu’il est. J’aurai confiance en lui et le soutiendrai toujours dans ses choix, peu importe ce que les autres disent, peu importe qui essaye de l’en empêcher.

Notre famille a une devise, cette devise est :

Nous sommes affectueux.
Nous sommes généreux.
Nous sommes déterminés et persistants.
Nous sommes beaux et courageux.

Nous savons qui nous sommes. Les étrangers frustrés n’arriveront pas à nous changer. Le monde ne nous changera pas, nous changerons le monde. »

Très rapidement, ce message de tolérance et de courage a rencontré un succès hors-norme sur la toile. En quelques heures, le post est devenu viral. Aujourd’hui, 6 jours après sa publication, il compte déjà 64 000 likes et plus de 48 000 partages, des chiffres tout simplement vertigineux concernant un profil perso.

Autre réponse très forte de la part des internautes, touchés par l’histoire de Roo, ils ont voulu lui montrer leur soutien en postant en ligne des photos d’eux portant des tutus, des jupes ou encore des kilts avec le hashtag #TutusForRoo. Pour le plaisir des yeux et la beauté du geste, en voici quelques-unes d’entre elles :

 
@ReyRey'sPhotography
@Facebook
@Facebook

Dans un nouveau post sur son profil Facebook, Jen Shattuck a écrit :

« Mes amis, merci BEAUCOUP. Nous ne pourrions pas nous sentir plus entourés qu’en voyant cette avalanche d’amour et de soutiens que nous avons reçus durant ces derniers jours. Nous nous remettons bien et continuons à vivre notre routine, c’est ce que Roo veut. Nous n’avons pas été repris à parti depuis l’incident, mais nous avons un plan et le suivrons si jamais dans le futur, quelqu’un s’attaque encore à nous.

Comme le savent la plupart d’entre vous, cela fait partie de l’esprit de notre famille de se promener dans les rues chaque jeudi afin d’apporter de la joie à notre voisinage et à nos proches. Aujourd’hui, nous nous sentons plus forts que jamais et voulons faire perpétuer cette tradition. Nous donnerons plus, montreront encore plus d’amour et de générosité afin de garder nos cœurs ouverts en dépit des risques.

Si vous n’êtes pas d’accord avec les choix de ma famille, sachez que mon but n’est pas de vous faire changer d’avis ou de vous apprendre à élever un enfant, mais seulement de soutenir et défendre le mien.

Roo ne s’habillera peut-être pas toujours avec son tutu, mais nous espérons qu’il se souviendra qu’à chaque fois qu’il l’a fait, il a été tout aussi aimé. Nous voulons qu’il sache que peu importe ce que les autres pensent ou ont pu penser de lui, notre maison a toujours été un endroit de paix et d’ouverture.

En tant que parents, nous avons le devoir d’être courageux et tolérants pour que nos enfants apprennent les mêmes valeurs. Nous sommes là pour leur montrer comment aimer sans conditions, sans rien attendre en retour. À travers toute cette histoire, je n’ai pas l’impression de faire quelque chose d’extraordinaire, si ce n’est le travail d’une mère. »
VIDEO :
Source : Distractify
Commentaires