La Suisse vote une loi interdisant à vie aux pédophiles de travailler au contact d'enfants

Par
4 227
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mercredi 10 octobre, le gouvernement suisse a annoncé avoir adopté une loi visant à interdire à vie aux pédophiles de travailler au contact des enfants.

Cette loi fait suite à un référendum soutenu par 63% de la population il y a quatre ans de cela. Si la loi a mis tellement de temps à faire son chemin, c’est dû à un gouvernement réticent à créer un automatisme entre une condamnation et une interdiction à vie.

Jusqu’à maintenant, la Suisse prononçait des interdictions d’un maximum de 10 ans contre les pédophiles condamnés à au moins six ans de prison. Il était donc temps que le pays le plus neutre du monde passe la vitesse supérieure dans sa démarche et la loi sera effective à partir du 1er janvier 2019.

La Suisse interdit à vie aux pédophiles de travailler avec des enfants. Crédit photo : Shutterstock / Gaspar Janos

Ainsi, à partir de cette date-là, toute personne condamnée pour atteinte à l’intégrité sexuelle d’un enfant de moins de 18 ans ou d’un adulte vulnérable sera définitivement interdite d’exercer une activité professionnelle ou bénévole qui implique des enfants.

Néanmoins, dans sa version finale, la loi prévoit une « clause dérogatoire » accordant au juge la liberté d’exercer une clémence vis-à-vis des cas d’infractions sexuelles mineurs s’il n’y a pas de risques de récidive. Une dérogation qui concerne surtout les « cas d’amours adolescents ».

Si elle paraît plus que normale, cette loi s’avère néanmoins l’une des plus sévères en Europe envers les auteurs d’abus sexuels. La preuve que la législation contre la pédophilie reste encore très légère de manière générale dans le monde. Par ailleurs, l’Australie s’est positionnée en véritable nation anti-pédophile, décidant notamment de retirer les visas aux pédophiles condamnés. D’autres pays, comme la Turquie ou la France, ont lancé le débat d’instaurer la castration chimique pour les pédophiles condamnés.

Commentaires